22 avr. 2024

Plantation de la forêt d'Ajoux

Après qu'elle a subi une coupe rase, nous avons reboisé la forêt d'Ajoux avec des essences d'arbres diversifiées.

Lyna Boussena
Lyna BoussenaChargée de marketing
Plantation de la forêt d'Ajoux

Située dans le Parc des Monts d'Ardèche, la forêt d'Ajoux présente une topographie intéressante. Il s'agit en effet d'une terre ayant subi une coupe rase de Douglas par l'ancien propriétaire, que nous avons résolu de reboiser en diversifiant les essences. Qui connaît l'Ardèche ne sera pas surpris que ce terrain soit très en pente. Les planteurs ont ainsi fait preuve d'une grande dextérité pour planter cette nouvelle forêt.

Préparation des sols à Ajoux : il y a eu du sport !

Prenez une terre désolée sur laquelle a été pratiquée une coupe à blanc. Le sol soudain mis à nu a été lessivé, la végétation adventice s'en est donnée à coeur joie, si bien qu'il faut y faire entrer des machines pour le préparer en vue des plantations. Pourquoi ? Parce que sinon les jeunes plants mis en terre auront bien du mal à pousser à l'ombre des buissons et des herbes hautes. Enfin, la préparation du sol permet de faciliter grandement le travail des planteurs qui se fait à la main. Dans une terre meuble, cela va beaucoup plus vite et demande beaucoup moins d'efforts que de planter dans un sol envahi de graminées, de joncs, de ronces...

La terre étant difficile d'accès, les machines n'ont pas pu passer partout, parfois la pente était trop raide, le sol sablonneux était glissant, si bien que certaines mises en andain des rémanents de coupe (utiles pour la biodiversité et l'enrichissement du sol) ont dû être faites à la main. 

Quelles sont les essences de plantation ?

Une fois la préparation du sol achevée, il faut planter. Pour remplacer avantageusement la monoculture de Douglas qui était présente sur cette terre avant d'être coupée en une fois par son ancien propriétaire, nous avons sélectionné plusieurs essences d'arbres dont nous estimons qu'elles rempliront leur office pendant les décennies à venir, à savoir stocker du carbone, enrichir la biodiversité, produire du bois de bonne qualité et modeler harmonieusement le paysage. Les essences que nous avons sélectionnées devraient être aptes à supporter les effets du réchauffement climatique en cours. 

Il s'agit de chêne pédonculé, chêne sessile, Douglas et cèdre de l'Atlas pour les essences objectif, de noyer, d'érable sycomore et d'alisier blanc pour les essences secondaires. 

Comment ont été faites les plantations ?

Le gestionnaire forestier d'Ajoux, Arnaud De Grave, s'est rendu sur place au printemps 2024 pour observer le travail des planteurs et les conseiller. Voici son rapport : "Les enrepreneurs de travaux forestiers effectuent la première tranche du reboisement suite à des coupes rases de Douglas effectuées par l’ancien propriétaire et prévues dans le plan simple de gestion. Il s’agit d’un chantier d’importance et, afin de gérer les risques et d’étaler un peu les engagements, nous avons choisi de le faire en deux fois. Cette tranche de plantation compte quand même plus de 18 000 plants (avec comme essences objectifs des chênes, un peu de Douglas, du cèdre de l’Atlas et des essences d’accompagnement comme le noyer, l’alisier blanc, etc.) sur quelque 11 hectares.

Je me suis rendu sur le site la semaine dernière (fin mars 2024) afin d’échanger avec le technicien forestier du cabinet avec lequel nous collaborons sur ce projet. Il a passé aux planteurs les instructions du plan de plantation (mélangée par bouquet, ce qui rajoute de la difficulté) que nous avons choisi. Je pense qu'il faut bien prendre la mesure de la difficulté de leur travail.



Ces quatre planteurs ont subi les aléas du temps, ils ont même planté sous la neige un matin !

Les plants sont plantés avec beaucoup de soin, sur un plan avec des bouquets de 6, 9 ou 12 plants des essences d’accompagnement ou de diversité (selon le comportement social ou non desdites essences). Il y aura aussi bien sûr des régénérations naturelles, principalement de châtaigniers sur lesquels nous comptons ; et les quelques zones identifiées qui sont déjà en train de se régénérer ont été conservées. Le chantier s’achèvera lorsque les protections sur les feuillus seront posées et que le ”Trico” sera pulvérisé sur les résineux.



Il ne faudra pas oublier les dégagements à l’été car les essences concurrentes vont être très présentes et agressives. Les frênes sont nombreux et le genêt va sérieusement nous embêter."
Mais pour l'instant, les arbres sont en terre et la pluie les a arrosés !

Recevez par email les dernières actualités d'EcoTree

Recevez par email les dernières actualités d'EcoTree

Inscrivez-vous à notre newsletter pour découvrir nos actualités afin de mieux comprendre le rôle que les entreprises ont sur les écosystèmes. Recevez des informations sur le carbone, le climat, nos projets de biodiversité, nos invitations exclusives et bien plus encore.
En savoir plus Réduire
ecotree newsletter

Découvrez nos articles de blog

BlogBois & Marines, des forêts à la merLyna Boussena22 mai 2024
BlogPourquoi intégrer la biodiversité dans sa stratégie d’entreprise ?Louisiane Guezel17 mai 2024
BlogComment bien choisir ses crédits carbone ?Pierre-Alexandre Jivoult13 mai 2024