Trico, répulsif naturel pour protéger les arbres

L’utilisation de Trico répulsif est parfois nécessaire pour éloigner les animaux qui broutent les feuilles des jeunes arbres et risquent de les faire périr.

Charlotte Olagne

Responsable de la Communication B2C
Trico, répulsif naturel pour protéger les arbres
Le Trico qui vient d'être appliqué donne momentanément une coloration blanche aux feuilles.

Lorsque les plants d’arbres sont jeunes, il est souvent nécessaire de les protéger de la pression des ravageurs, à l’aide d’un répulsif. Ce produit, appelé Trico, est composé à base de graisse de mouton. Il est donc sans aucun danger pour les bêtes ainsi que pour les arbres. Voici dans quels cas et de quelle manière nous l’employons.

Qu’est-ce que le Trico et comment l’employer ?

Le Trico est un répulsif naturel, conçu à base de graisse de mouton. Son goût et son odeur suffisent à faire passer aux animaux l’envie de brouter les feuilles des arbres. C’est particulièrement efficace et recommandé lorsque les plants sont jeunes et vulnérables. 
Le Trico a plusieurs avantages, dont celui d’être tout à fait naturel et celui d’être facile d’utilisation. Il suffit en effet de pulvériser le produit pur ou dilué sur les petits arbres et les jeunes plants. Compatible avec une sylviculture durable et en agriculture biologique, il peut être appliqué en pépinière, et on lui connaît aussi une utilisation sur les vignes
Nos forestiers appliquent le produit par beau temps sur des végétaux secs afin qu’il ait le temps d’adhérer aux plants à protéger. Par la suite, il résistera aux intempéries. Nous faisons généralement deux applications par an, une au printemps, une seconde à l’automne, sachant que le répulsif apporte une protection longue aux jeunes arbres. Il est efficace quatre à six mois.

Quand faut-il appliquer un répulsif sur les jeunes arbres ?

Toutes les parcelles sylvicoles ne nécessitent pas l’utilisation d’un répulsif pour le gibier, cerfs et chevreuils particulièrement, qui sont de grands mangeurs de jeunes feuilles. Mais dans les parcelles de forêt où la pression est forte, car les populations de cervidés sont nombreuses, il en va de la survie des jeunes arbres. 
Que ceux-ci aient poussé par régénérescence naturelle ou que nous les ayons plantés, dans le cadre d’une régénérescence artificielle, soit parce que le massif que nous avons repris en gestion était trop abîmé, soit pour aider la nature à reprendre ses droits plus rapidement, on applique du Trico pour ne pas perdre trop de jeunes arbres. En effet, lorsqu’un jeune plant n’a que quelques feuilles, toutes lui sont essentielles pour que, par le processus de photosynthèse, il parvienne à fabriquer la sève élaborée qui le nourrira, et à absorber et stocker le CO2 qui lui permettra de croître. 

Nous préservons la nature sous toutes ses formes

Pour autant, et même si nous entretenons les forêts dans une démarche sylvicole, nous sommes avant tout des amoureux de la nature, que nous respectons sous toutes ses formes. S’il est question de repousser les assauts de cervidés qui peuvent trouver à se nourrir ailleurs et autrement, il n’est pas question de les empoisonner, non plus que les arbres et tout l’écosystème qui gravite autour d’eux. 
C’est pourquoi nous appliquons exclusivement du Trico qui n’a aucun effet d’altération de la qualité de l’arbre et qui n’est nullement nocif, ni pour les plantes ni pour les animaux. Les cervidés n’aiment pas le goût ni l’odeur de la graisse de mouton, c’est uniquement comme cela que fonctionne ce répulsif naturel. En cela, nos forestiers agissent en imitant la nature qui est elle aussi capable de modifier le goût de ses feuilles pour en dégoûter les animaux qui viennent les brouter.