Quelle est la biodiversité forestière en France ?

La biodiversité en forêt est essentielle à la vie sur Terre et peut être préservée par une sylviculture durable.

Marie Malgras

Responsable de la communication BtoB
Quelle est la biodiversité forestière en France ?

La forêt est un immense réservoir de biodiversité rassemblant une grande disparité d’êtres et d’organismes vivant dans des relations de symbiose, de prédation ou de concurrence. La forêt française est riche d’une grande biodiversité, que la gestion durable des forêts permet de préserver et de multiplier.

Qu’est-ce que la biodiversité en forêt ?

La biodiversité forestière regroupe l’ensemble des êtres et organismes vivants qui la composent : espèces végétales, espèces animales, champignons, levures, bactéries… La forêt de France métropolitaine, avec ses près de 17 millions d’hectares, dont les trois quarts appartiennent à des propriétaires privés, recouvre presque un tiers du territoire (31%). Les forêts ne cessent de s’étendre, ayant plus que doublé en moins de deux siècles. 
En accueillant 138 essences d’arbres, les forêts françaises sont un riche réservoir de biodiversité. On y trouve 72% des espèces de la flore métropolitaine, 73 espèces de mammifères et 120 espèces d’oiseaux. Enfin, 44% des zones Natura 2000 se trouvent dans les forêts de France. 
C’est donc quelque 30% de la biodiversité nationale que l’on retrouve dans les forêts et qu’il convient de préserver, ce qui est l’objectif d’une gestion durable et dont les certifications FSC et PEFC apportent la preuve. 

Pourquoi préserver la biodiversité en forêt ?

Aujourd’hui, la gestion durable des forêts, loin de n’être destinée qu’à une production de bois, prend en compte la préservation de la biodiversité. Elle est l’un des piliers de la gestion forestière, comme l’indique le ministère de l’Agriculture, s’inscrivant dans la politique globale de la France qui a pris des engagements internationaux pour soutenir la diversité naturelle et lutter contre le changement climatique
Les forêts, complexes écosystèmes, sont riches de la diversité des êtres vivants qu’elles abritent. Une forêt qui n’abrite qu’une flore et une faune réduites à leur plus simple expression est une forêt fragile. C’est ce que l’on observe dans certaines forêts de plantations monospécifiques où trop peu d’espèces végétales et animales trouvent à vivre. Et lorsqu’un pathogène (champignon ou insecte tel le scolyte typographe) s’y implante, il rencontre peu d’adversaires et peut détruire une forêt entière en quelque temps. 
Sur Terre, plus un écosystème est riche, c’est-à-dire plus un milieu abrite de vie sous différentes formes, plus il se rend résilient face aux attaques et peut trouver de ressources pour les combattre. Les forêts n’échappent pas à cette règle, aussi une belle forêt est-elle une forêt qui abrite une riche biodiversité. 

Comment préserver la biodiversité en forêt ?

La gestion durable et continue des forêts est une manière de préserver la biodiversité forestière. Préserver au sein des forêts publiques ou privées des îlots de biodiversité dans lesquels l’intervention humaine est minime sinon nulle en est une autre. Il est important de considérer que nous avons besoin de bois pour notre transition énergétique, qu’il est donc nécessaire d’exploiter les forêts selon un mode de sylviculture raisonnée et durable, mais que nous avons aussi besoin de forêts primaires. 
En Europe, il reste très peu de forêts primaires, mais les îlots de biodiversité prennent de plus en plus d’importance, tant pour l’ONF que pour les propriétaires privés. C’est l’objet de projets que nous développons. Outre cela, même dans une forêt où le bois est exploité, la mise en place de certains protocoles permet de maintenir en l’état voire de multiplier la biodiversité de l’écosystème forestier.
Cela passe par la conservation des habitats naturels des espèces qui dépendent de la forêt. Un arbre mort, une souche, une portion de forêt ancienne qui peuvent apparaître inutiles voire néfastes sont en réalité des lieux de vie abritant de nombreuses espèces d’insectes et d’oiseaux. Les maintenir en l’état, dans une proportion raisonnable (1 arbre mort sur pied à l’hectare), permet de respecter l’équilibre des lieux de vie. 
Le maintien de la biodiversité passe aussi par la bonne fertilité des sols. Un sous-bois systématiquement nettoyé et débarrassé de tout couvert végétal s’appauvrit et accueille moins d’espèces animales, végétales ou de micro-organismes.
Pour ne pas déséquilibrer la biodiversité en forêt, les forestiers adaptent leur gestion, notamment en programmant les coupes en fonction des périodes de reproduction et en maintenant les arbres accueillant des nids d’oiseaux qui reviennent chaque année.
Autant d’actions de l’homme qui rendent plus riche la biodiversité forestière, étant entendu que celle-ci peut s’enrichir naturellement mais sur des temps plus longs que lorsque l’homme la favorise.