Mycobacterium vaccae : une bactérie présente dans les sols forestiers fait notre bonheur !

Mycobacterium vaccae est une bactérie que l’on trouve dans la terre et qui active les hormones du bonheur en nous !

Kévin Vallet

Lead Developer
Mycobacterium vaccae : une bactérie présente dans les sols forestiers fait notre bonheur !

De même qu’il existe pour l’homme de bons et de mauvais virus, il se trouve sur Terre de bonnes et de mauvaises bactéries. Celle que nous vous présentons, mycobacterium vaccae, est très présente dans la terre, et dilate en nous le bonheur et le plaisir. Faites comme nos forestiers, plongez les mains dans la terre, elle vous donnera le sourire !

Qu’es-tu, Mycobacterium vaccae ?

Encore un nom barbare imprononçable, allez-vous dire ! Et pourtant, à y regarder de près, c’est elle qui devrait nous traiter de barbares. Oui, oui, cette petite bactérie. Car son nom apparemment complexe vient du grec ancien muké (μύκης), que l’on traduit par champignon, et du latin scientifique bacterium (les scientifiques aiment bien mêler les langues anciennes, pour avoir l’air sérieux), lui-même construit d’après le mot grec baktêria (βακτηρία) qui signifie bâton pour la marche. Eh oui, car les premières bactéries observées, qu’on appelle aussi bacilles, prenaient la forme d’un bâton. 
Nous ne vous ferons pas l’affront de vous rappeler que le mot “barbare” apparaît pour la première fois chez Homère pour désigner ceux qui parlent mal leur propre langue…
Allons, réessayons en un souffle : mycobacterium vaccae. Facile ! Mais pourquoi vaccae ? Pour la vache, vacca en latin, vaccae étant le génitif (non la génisse). Lorsque l’on a commencé à cultiver cette bactérie, en Autriche, c’était dans la bouse de vache. Pensez donc à un microscopique bâton poussant dans une bouse de vache. Vous trouvez cela repoussant ? Eh bien, vous avez tort, car cette bactérie, dont vous savez maintenant prononcer le nom très aisément, est notre meilleure amie. 

Une bactérie qui stimule la production de sérotonine

Rappelez-vous, c’était en janvier 2019, l’écrivain Michel Houellebecq opérait un retour surprise et victorieux sur la scène littéraire avec un roman intitulé Sérotonine. Alors que peu de gens savaient qu’il s’agissait de “l’hormone du bonheur”, il a suffi d’un livre pour que le grand public fasse connaissance avec ce neurotransmetteur qui améliore nos fonctions cognitives, combat la dépression, stimule le bonheur et la libido. 
Quel est le rapport, nous direz-vous ! Eh bien voilà, nous y arrivons : si mycobacterium vaccae est une cousine de mycobacterium tuberculosis, quand la seconde donne la tuberculose et cherche à nous tuer, la première est une bactérie non pathogène de la famille des Mycobacteriaceae. Connue pour stimuler la production de sérotonine et de noradrénaline dans le cerveau, elle fonctionne comme un antidépresseur naturel. 
Pour être plus précis, cette bactérie active la libération de deux neurotransmetteurs : la sérotonine, qui est synthétisée dans l'intestin, et la dopamine, synthétisée dans le cerveau. La dopamine a un effet sur les émotions, notamment celles qui se rapportent au plaisir, tandis que la sérotonine régule l’humeur mais aussi le sommeil, la mémoire et la libido. 
Maintenant que vous savez cela, vous allez demander : mais où la rencontre-t-on, cette bactérie merveilleuse ? Cette bactérie de nos rêves ?

Mycobacterium vaccae vit dans la terre

C’est dans la terre que vous aurez le plus de chances de rencontrer cette bactérie qui vous veut du bien, sous sa forme naturelle. Voici pourquoi le jardinage apaise, fait du bien à tous les étages. Voici pourquoi il est bon de se rendre en forêt, de s’asseoir sur la terre, de s’y allonger, d’y plonger les mains et d’y marcher nus pieds. 
En Finlande, une expérience a été menée, qui concluait que le contact d’une terre forestière améliorait le système immunitaire des enfants et modifiait leur flore intestinale en quelques semaines. Mycobacterium vaccae n’est sans doute pas pour rien dans cette affaire. 
En 2007, ce sont les neuroscientifiques Dorothy Matthews et Susan Jenks de l’université de Bristol qui ont démontré, en laboratoire, que les souris à qui la bactérie avait été transmise, montraient une meilleure capacité de concentration et de réflexion et réagissaient mieux au stress. 

Et voici ce qui nous rend le contact de la terre indispensable

Vous vous demandez peut-être pourquoi les animaux aiment à se rouler dans la terre : sanglier, cochon mais aussi chiens, chats, chevaux ? Vous vous demandez pourquoi vos enfants aiment tant revenir couverts de terre de la tête aux pieds ? Vous vous demandez peut-être ce qui vous rend heureux lorsque vous participez à des courses dans la boue ? Ne cherchez plus, la réponse est dans cette infime bactérie qui agit sur tout notre système, et nous met en joie ! Et la bonne nouvelle est que, deux semaines après son ingestion, elle est encore active. 
Alors, n’hésitez plus, et puisque c’est de saison, jardinez à mains nues, courez dans les forêts pieds nus et n’hésitez pas à porter vos mains terreuses à la bouche. Vous éviterez sûrement médecins et pharmaciens.