Focus sur le Sorbier des oiseaux

Le Sorbier des oiseaux est un petit arbre aux drupes rouges qu'affectionnent particulièrement les grives.

Vianney de la Brosse

Gestionnaire Forestier
Focus sur le Sorbier des oiseaux

Endémique de l’Europe, le Sorbier des oiseaux est aujourd’hui davantage cultivé comme essence d’ornement que pour son bois ou ses fruits. C’est pourtant un arbre aux caractéristiques très intéressantes, notamment dans la plantation de haies, car il attire et nourrit toute une faune, à commencer par les oiseaux.

Caractéristiques du Sorbier des oiseleurs

Le Sorbier des oiseaux sorbus aucuparia est un petit arbre qui ne dépasse généralement pas les 7 mètres de haut, bien qu’il puisse, dans certaines circonstances, s’élever jusqu’à 15 mètres de hauteur. Autrefois très répandu en lisière des forêts et dans la composition des haies, on le trouve désormais surtout en bordure des forêts d’épicéas et comme arbre d’ornement dans les parcs et jardins. Appartenant à la famille des Rosacées, comme les cerisiers (qui englobent les merisiers), il est également cousin des alisiers et des cormiers. Tous ont la particularité de produire de jolies fleurs blanches (à l’état naturel) qui se transforment en fruits rouges souvent trop âpres ou acides pour nous, mais qu’apprécient particulièrement les oiseaux.
C’est ainsi que Sorbus aucuparia est appelé sorbier des oiseaux ou sorbier des oiseleurs. Ses feuilles sont composées de 15 ou 17 folioles lancéolées, doublement dentées et reliées au pétiole. Les fleurs blanches du Sorbier des oiseaux sont composées de cinq pétales, et groupées en corymbes. Le corymbe, en botanique, qui vient du Grec ancien korumbos, signifiant “sommet”, “cime”, est une inflorescence simple dans laquelle les fleurs forment comme une ombelle, une sorte de grappe aplatie, comme fait le lierre, ou encore les fleurs du chou-fleur ou du brocoli.
Mais pour la grâce de ses fleurs, le Sorbier des oiseleurs n’a pas grand-chose de commun avec les choux. Toutefois, il faut reconnaître que ses fleurs ont une odeur forte qui n’est pas particulièrement agréable. Elles produisent cependant, une fois fécondées, des baies rouges orangées qu’apprécient particulièrement les oiseaux.

Propriétés et qualités du Sorbier des oiseaux

Si les variétés ornementales du Sorbier des oiseleurs ont connu un grand succès dans les parcs et jardins, du fait que leurs fruits rouges, oranges ou jaunes (selon les croisements) colorent très agréablement la nature jusqu’à la fin de l’hiver, cet arbre a également d’autres qualités. 
On le rencontrait autrefois fréquemment dans les campagnes où il servait notamment à attirer les grives en automne. Moins utilisé aujourd’hui pour cette chasse traditionnelle, il peut être d’une grande utilité dans la préservation de la biodiversité. En effet, dans le grand cycle de la nature, il est nécessaire sinon primordial de donner aux oiseaux de nos climats tempérés de quoi se nourrir en hiver, car nous déplorons la disparition des oiseaux, de même que celle des insectes nous inquiète
Dans la formation des haies qui ont hélas largement disparu, mais que nous contribuons à replanter, le sorbier des oiseaux est très intéressant. Petit et trapu, il fait un remarquable coupe-vent, et du fait des fruits qu’il produit et de sa touffeur, il abrite un grand nombre d’oiseaux et de rongeurs, qui doivent être vus comme des alliés des forestiers autant que des paysans et cultivateurs. 
Cuites, les baies du sorbier sont tout à fait comestibles et ont depuis longtemps été employées pour la confection de confitures ou d’alcool de fruits. Aujourd'hui, on extrait également de ses fruits le sorbitol qui est un édulcorant qui remplace le sucre dans les boissons. 
Les feuilles mortes du sorbier des oiseleurs sont un très bon fertilisant et participent activement à l’enrichissement de l’humus.
Il peut être la proie des pucerons, des araignées rouges ou des cochenilles farineuses, raison de plus pour conserver une riche biodiversité, qui permet de donner par exemple aux coccinelles un abri pour qu’elles débarrassent le sorbier de ses parasites.
Son bois dur a été largement utilisé pour la confection des sabots ou pour celle des rayons des roues de charrettes. A présent, le Sorbier des oiseaux doit principalement être appréhendé comme une essence d’accompagnement, un arbre qui permet d’enrichir la biodiversité des écosystèmes forestiers. Il peut pousser en plein soleil, d’où sa présence aux lisières des forêts mais également à mi-ombre. Il aime les sols riches, frais, drainés et acides, mais il n’est pas très exigeant et s’adapte bien.