Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Le jour du dérèglement, c’est maintenant !

Le jour du dérèglement, c’est maintenant !

Triste jour que ce jeudi 5 mars 2020 où la France peut se targuer d’avoir émis tous les gaz à effet de serre qu’elle pourrait rejeter en une année si elle respectait l’objectif de neutralité carbone qu’elle s’est fixé pour 2050. Et qu’elle ne devrait pas atteindre avant 2085, à ce rythme. Espérons que la courbe des émissions de carbone s’inversera plus vite !

C’est par une étude du cabinet de conseil Carbone 4 que nous apprenons qu’au lendemain du 5 mars 2020, les émissions françaises de gaz à effet de serre (GES) surpassent déjà la quantité qu’elle pourra absorber par ses forêts, ses sols agricoles et ses océans jusqu’à la fin de l’année. Carbone 4 est formé de quatre ONG sérieuses : Notre affaire à tous, Greenpeace France, Oxfam France et la Fondation Nicolas Hulot. Elles ont calculé qu’en à peine plus de deux mois, la France devrait cesser toute émission de GES si elle voulait être dans une neutralité carbone. Ce, bien entendu, dans l’optique de freiner le réchauffement climatique dont nous voyons régulièrement les effets catastrophiques sur la faune, la flore, la hausse des mers, les tempêtes, les sécheresses et les incendies de forêts
Car, si c’était le 29 juillet 2019 que nous dépassions, pour l’ensemble de l’humanité, la totalité des ressources que la Terre peut produire en un an, c’est beaucoup plus tôt que nous commençons à générer le surplus de gaz à effet de serre. Et il n’est pas question de compter sur les pays moins pollueurs pour absorber nos propres émissions


Atteindre la neutralité carbone


Si nous voulons atteindre la neutralité carbone en 2050, ainsi que nous l’avons décidé nous-même, la France ne doit pas dépasser le rejet de 80 mégatonnes de CO2 par an, une quantité d’émissions que nos puits de carbone sont capables d’absorber. Au premier chef, les arbres et les prairies. Pourtant, les prévisions tablent sur un rejet français de 450 millions de tonnes équivalent CO2 cette année, ce qui est cinq fois plus élevé que le chiffre visé.
Il ne reste donc plus qu’une génération pour parvenir à inverser la tendance et entrer dans un mode de consommation et de rejet de CO2 vertueux et respectueux de la Terre et de ses habitants, faune et flore comprises. Malheureusement, les actions gouvernementales ne sont pas idéales en la matière, et chaque jour les objectifs fixés lors de la COP21 nous paraissent plus difficiles à atteindre. 
Pas question pour autant de baisser les bras, car nous sommes tous acteurs et responsables de notre avenir, et de notre présent plus encore. C’est pourquoi il nous paraît si important de poursuivre nos efforts de gestion forestière, de développer de nouveaux projets d’enrichissement et de sauvegarde de la biodiversité et de prendre conscience de notre impact carbone au quotidien, afin d’en mesurer les effets et de les atténuer, si possible. L’Etat ne peut pas tout, mais chacun à notre mesure, nous pouvons beaucoup. Relevons les manches et prenons soin de nos forêts !

Articles similaires
Focus sur l’amandier
Focus sur l’amandier

Premier d’entre les arbres fruitiers à fleurir à la fin de l’hiver, l’amandier annonce le printemps et produit soit des amandes douces soit des amandes amères. Il fut d’abord domestiqué au Proche-Orient, mais c’est aujourd’hui la Californie qui en est le premier producteur mondial.

Lire la suite

Qu'est-ce qu'un arbre ?
Qu'est-ce qu'un arbre ?

S’il est acquis que l’arbre est le végétal qui caractérise la forêt, il n’est pas toujours facile de le distinguer de la plante et d’en décrire les caractéristiques. Tâchons d’y voir un peu plus clair dans la forêt de définitions qui existent.

Lire la suite

Le cycle de vie d’un arbre
Le cycle de vie d’un arbre

Organisme vivant complexe, un arbre naît, pousse, se développe et grandit en se nourrissant, se reproduit, puis meurt. Voici comment se déroulent les différentes phases de cycle de la vie d’un arbre.

Lire la suite

Sea Tree : un arbre de mer géant pour abriter la biodiversité
Sea Tree : un arbre de mer géant pour abriter la biodiversité

L’immeuble aquatique « Sea Tree » de l’architecte hollandais Koen Olthuis servira de refuge à la faune et à la flore aux abords des mégapoles. Conçu pour flotter sur l’eau, le building amphibie compte réintégrer de la biodiversité dans les villes et participer à la lutte contre le réchauffement climatique, et pour la préservation des espèces menacées.

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
Stripe - SEPA

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Gestion durable

Gestion durable
Toutes nos forêts sont gérées durablement, certifiées et assurées.