Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Déconfinement : éviter une hausse des émissions de gaz à effet de serre

Déconfinement : éviter une hausse des émissions de gaz à effet de serre

Les climatologues nous mettent en garde depuis plusieurs semaines. Certes, le confinement que nous impose la pandémie de Covid-19 a eu un effet bénéfique sur les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) qui sont en nette baisse, mais pour que cela ait un impact sur le réchauffement climatique, il ne faut pas qu’elles repartent à la hausse dès le déconfinement. Or, plusieurs indicateurs montrent que nous nous dirigeons vers une reprise économique qui pourrait annuler tout le gain accumulé au cours du confinement. C’est un scénario qu’il faut à tout prix éviter.

Confinement : des émissions de GES en nette baisse

30%, c’est le chiffre globalement retenu par les observateurs et les experts climatiques. En Chine, la pollution au dioxyde de carbone (CO2) aurait baissé de 30% ces dernières semaines. Il en est de même en France, ce qui pourrait donner, sur toute l’année, un recul de l’ordre de 5 à 15% des émissions de CO2. L’Accord de Paris sur le climat visant une baisse annuelle de 7% des émissions mondiales, nous serions dans les clous. Nous serions même sans doute au-delà, si l’on tient compte du chiffre de 25% de baisse des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C’est du jamais-vu, mais encore faut-il que cela dure. Comme le rappelait il y a quelque temps la paléoclimatologue et co-présidente du Giec Valérie Masson-Delmotte, “il faut que les émissions mondiales de CO2 diminuent régulièrement et fortement pendant des décennies” pour stopper le réchauffement climatique. Or, on s’attend malheureusement à un fort rebond d’émissions de GES à la suite du déconfinement.

Déconfinement : la crainte d’un effet boomerang

La pollution, et par conséquent la hausse du réchauffement climatique, nous reviendront-elles en plein visage comme un boomerang, alors que nous nous serons congratulés d’avoir fait baisser nos émissions de GES pendant plusieurs mois ? C’est le scénario que craignent de nombreux scientifiques et spécialistes. François Gemenne, chercheur et membre du Giec le dit ainsi : “L’Histoire nous apprend qu’il y a toujours un rebond de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre après les crises : les plans de relance économique ont tendance à vouloir relancer la machine, c’est-à-dire une économie essentiellement fondée sur l’extraction des énergies fossiles.” De son côté, le Haut Conseil pour le Climat (HCC) craint également qu’un effet rebond accompagne la reprise de l’activité économique. C’est inévitable, se dit-on. Tout au moins, si l’on ne s’efforce pas de changer notre regard et que les gouvernements ne mettent pas tout en place pour que la reprise s’accompagne d’une douceur écologique. Lors de la crise financière de 2008, une baisse des émissions de GES avait également été observée, et l’on s’était réjoui de cette forme de répit donné à la planète. On reprenait sa respiration. Et puis, dès 2010, lorsque l’économie est repartie, les taux d’émissions de GES ont dépassé ceux des années qui précédèrent la crise.
Nous pourrions croire avoir évolué en dix ans, mais les mesures actuelles des grandes nations laissent hélas peu d’espoir. Les Etats-Unis viennent de décider de suspendre l’application des lois environnementales pour relancer l’économie. Et certains pays européens semblent prêts à remettre en cause le Green New Deal Européen pour relancer leur machine économique. En refusant de voir que la crise économique que nous traversons est intrinsèquement liée à la crise écologique mondiale

L’écologie doit conditionner l’économie

Nous avons trop fait de l’écologie la variable d’ajustement de l’économie. Or, il est une constante qu’un jeune enfant peut comprendre, et que les enfants admettent d’ailleurs mieux que nous : si la Terre est malade, nous en pâtirons tous. Autrement dit, l’écologie passe avant l’économie, car nous avons beau avoir les poches pleines d’argent, tout l’or du monde ne vaut rien si les fruits ne poussent plus, si les arbres ne fleurissent plus, si la Terre est asphyxiée. Evidemment, cela peut sembler alarmiste, mais les chiffres sont tenaces et les faits sont têtus, l’atmosphère terrestre se réchauffe inexorablement, du fait de l’accumulation du CO2, le niveau des eaux monte, le nombre de catastrophes naturelles se multiplie. Si nous ne changeons pas radicalement, nous préparons le terrain à une nouvelle catastrophe économique dans dix ans, qui sera sans doute une nouvelle fois provoquée par une crise sanitaire, une épidémie ou une catastrophe écologique.
La loi énergie-climat a fixé un cadre auquel nous devons nous tenir. C’est-à-dire qu’il convient de réduire les émissions de CO2 de nos logements, de réduire l’impact carbone de nos véhicules, de réduire le trafic aérien mondial et d’investir massivement dans des projets à bas carbone. Cela revient à contribuer réellement à l’écologie, au développement durable et à l’enrichissement de la biodiversité, non pas à céder à la tentation du greenwashing. Lequel, du reste, fait de moins en moins recette, et c’est tant mieux.
 

Articles similaires
Portrait de Baudouin, cofondateur d’EcoTree
Portrait de Baudouin, cofondateur d’EcoTree

Monsieur médias et entreprise d’EcoTree, Baudouin Vercken a connu tout le développement de la startup, de ses fonds baptismaux à son envol à l’international. Il est passé par tous les services et se concentre aujourd’hui sur le développement de projets transverses pour promouvoir la richesse des forêts.

Lire la suite

Portrait de Vianney, cofondateur et forestier d’EcoTree
Portrait de Vianney, cofondateur et forestier d’EcoTree

Vianney de la Brosse est l’homme de terrain d’EcoTree. Celui par qui les forêts sont entretenues et grâce à qui les arbres poussent droit et haut. Il est tombé dans la marmite quand il était petit, nous confie ce Breton. Pour le plus grand bonheur de tous les petits Idéfix amoureux des arbres que nous sommes.

Lire la suite

Le cerf : roi de nos forêts
Le cerf : roi de nos forêts

Roi incontesté de nos forêts, le cerf fascine les hommes depuis plusieurs milliers d’années. Alors qu’il en existait encore de spectaculaires spécimens à l’époque gallo-romaine, sa population a été largement réduite au cours des siècles, avant qu’il ne soit réintroduit dans certaines régions. Aujourd’hui, bien qu’il cause des dégâts dans les forêts, il n’a pas encore atteint sa capacité d’expansion maximale et nul ne...

Lire la suite

Notre-Dame de Paris : il faut une charpente en bois
Notre-Dame de Paris : il faut une charpente en bois

La forêt de Notre-Dame partie en fumée il y a tout juste un an, et malgré le confinement actuel, le général Georgelin a bon espoir que les travaux débutent dans un an. D’ici là, il faudra démonter l’échafaudage, dresser un état des lieux rigoureux et avoir décidé comment elle serait rebâtie. Nous appelons de nos voeux une nouvelle charpente en bois pour coiffer la cathédrale de Paris, édifice le plus visité d’Europe.

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

reassurance.paiements_securises.titre

Paiements sécurisés
Stripe - SEPA

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

Avis Vérifiés
EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Gestion durable

Gestion durable
Toutes nos forêts sont gérées durablement, certifiées et assurées.