Mélèze d'Europe : Sens & Usage

Ce conifère étonnant perd ses aiguilles en hiver et produit un bois de grande qualité.

Ce conifère étonnant perd ses aiguilles en hiver et produit un bois de grande qualité.

Dans la nature, Larix decidua, le Mélèze d’Europe, peut atteindre 30 à 40 mètres de hauteur. Également appelé Mélèze commun, il appartient à la Famille des Pinacées. C’est l'un des rares conifères qui se dénudent en hiver.

Pourquoi ?

Pourquoi EcoTree plante des Mélèzes ?

Tandis que d'autres espèces ont des exigences plus importantes, le mélèze est une espèce pionnière qui se développe sur des sols pauvres qu’elle contribue à enrichir. C’est pourquoi EcoTree plante des mélèzes d’Europe dans les sols pauvres de certaines forêts. Sa bonne résistance au vent en fait un arbre idéal dans les régions venteuses comme la Bretagne et le Limousin.

Description

Mélèze - Description

EcoTree

Larix decidua est une variété distincte de l’espèce Larix, et la plus présente en nos contrées. Il doit son nom vernaculaire de Mélèze d’Europe ou Mélèze commun au mot “mel” signifiant miel dans la langue du Dauphinois, où il prospère particulièrement. A tel point qu’on l’appelle aussi communément Pin de Briançon. Son aire de répartition naturelle en France se situe principalement dans le Briançonnais, le Queyras, l’Ubaye, le Dévoluy et le Mercantour.

Ce conifère, membre de la famille des Pinaceae, comme le cèdre, l’épicéa, le pin ou le sapin, est une exception parmi ses semblables. Il perd ses aiguilles en automne, lesquelles jaunissent, rougissent et brunissent avant de choir. Il est le seul conifère d’Europe à avoir cette particularité.

C’est par la chute de ses aiguilles qu’il favorise la formation d’un humus propice à l’accueil des graines des autres conifères.

A l’âge adulte, il atteint une hauteur de 30 à 40 mètres. Son écorce est grisâtre, crevassée, et très épaisse sur les vieux sujets.

Les aiguilles sont peu coriaces, insérées en rosette sur les rameaux courts ou isolément sur les rameaux longs. Elles se concentrent par touffes composées de 35 à 40 aiguilles le long des rameaux.

Espèce monoïque, c’est à la fin du printemps que les chatons apparaissent. On reconnaît les mâles à leur couleur jaune. Ils sont petits, nombreux et pendent au-dessous des branches. Ils distribuent leur pollen au gré du vent et des insectes qui vont polliniser les chatons femelles. Moins nombreux, ceux-ci sont un peu plus grands, de couleur rouge vif, et tournés vers le ciel.

Les cônes sont ovoïdes, bruns, et mesurent de 3 à 4 cm. Leurs écailles fines et pointues protègent les graines brunes, luisantes et munies d'une aile, qu'ils libèrent à la fin de l'été. Ils restent longtemps attachés aux branches et il n'est pas rare d'observer en même temps des cônes de l'année en cours et de l'année précédente. Ecureuils, pics ou becs-croisés favorisent leur dispersion.

Arbre de croissance lente, il lui faut 20 à 30 ans pour atteindre une hauteur de 3 à 4 mètres. Son port est conique, étroit et ses rameaux tombants, comme ceux de l’épicéa.

Il peut vivre 600 ans.

Description

Mélèze - Description

EcoTree

Larix decidua est une variété distincte de l’espèce Larix, et la plus présente en nos contrées. Il doit son nom vernaculaire de Mélèze d’Europe ou Mélèze commun au mot “mel” signifiant miel dans la langue du Dauphinois, où il prospère particulièrement. A tel point qu’on l’appelle aussi communément Pin de Briançon. Son aire de répartition naturelle en France se situe principalement dans le Briançonnais, le Queyras, l’Ubaye, le Dévoluy et le Mercantour.

Ce conifère, membre de la famille des Pinaceae, comme le cèdre, l’épicéa, le pin ou le sapin, est une exception parmi ses semblables. Il perd ses aiguilles en automne, lesquelles jaunissent, rougissent et brunissent avant de choir. Il est le seul conifère d’Europe à avoir cette particularité.

C’est par la chute de ses aiguilles qu’il favorise la formation d’un humus propice à l’accueil des graines des autres conifères.

A l’âge adulte, il atteint une hauteur de 30 à 40 mètres. Son écorce est grisâtre, crevassée, et très épaisse sur les vieux sujets.

Les aiguilles sont peu coriaces, insérées en rosette sur les rameaux courts ou isolément sur les rameaux longs. Elles se concentrent par touffes composées de 35 à 40 aiguilles le long des rameaux.

Espèce monoïque, c’est à la fin du printemps que les chatons apparaissent. On reconnaît les mâles à leur couleur jaune. Ils sont petits, nombreux et pendent au-dessous des branches. Ils distribuent leur pollen au gré du vent et des insectes qui vont polliniser les chatons femelles. Moins nombreux, ceux-ci sont un peu plus grands, de couleur rouge vif, et tournés vers le ciel.

Les cônes sont ovoïdes, bruns, et mesurent de 3 à 4 cm. Leurs écailles fines et pointues protègent les graines brunes, luisantes et munies d'une aile, qu'ils libèrent à la fin de l'été. Ils restent longtemps attachés aux branches et il n'est pas rare d'observer en même temps des cônes de l'année en cours et de l'année précédente. Ecureuils, pics ou becs-croisés favorisent leur dispersion.

Arbre de croissance lente, il lui faut 20 à 30 ans pour atteindre une hauteur de 3 à 4 mètres. Son port est conique, étroit et ses rameaux tombants, comme ceux de l’épicéa.

Il peut vivre 600 ans.

Plantation & entretien

Mélèze - Exigences Culturales

Cette espèce pionnière se développe sur des sols pauvres qu’elle contribue à enrichir. Ses plus grandes formations naturelles se situent en Europe centrale. Dans les Alpes, il croît entre 1400 et 2400 mètres.

A l’état naturel, sur l’adret (versant ensoleillé), on le trouve en-dessous de 1400 mètres en compagnie du pin sylvestre, et sur l’ubac il accompagne le pin cembro et l’épicéa au-dessus de 2000 mètres. On le trouve encore en compagnie du sorbier des oiseaux ou de l’érable champêtre. Cette essence montagnarde a toutefois été plantée dans les plaines pour tirer profit de son bois et de sa faculté d’enrichir les sols pauvres. Cet arbre résiste très bien au froid et peut s’acclimater d’une forte pluviosité, comme d’une moindre. Il ne supporte toutefois pas les sols compacts et hydromorphes qui facilitent son infestation par le chancre du mélèze. Il supporte assez mal les sécheresses d’été, mais tolère des écarts de températures très élevés, jusqu’à 50° dans la même journée, dans son aire naturelle montagnarde.
Son système racinaire profond et très développé le fixe solidement au sol. Il a donc besoin d'un sol profond pour pouvoir s'y installer complètement..

Il a ainsi une résistance aux vents hors du commun, si bien que l’on déplore très rarement de chablis dans les mélézins.

Le bois

Le bois du Mélèze

On surnomme parfois cet arbre le chêne de la montagne, en raison du bois exceptionnel qu’il produit. Fruit d’une croissance lente, il est le plus durable et le plus solide des bois de conifères.
Imputrescible, on l’utilise pour la conception des bateaux, pour les charpentes, les bardeaux de toiture, les traverses de chemin de fer.
Le mélèze a aussi de bonnes propriétés médicinales grâce à ses aiguilles. La manne de Briançon, fruit du suintement de l’aiguille de mélèze, sert à faire augmenter les globules blancs, et la résine de l’arbre, la térébenthine de Venise, a un pouvoir antiseptique.

Symbole

Symbole du Mélèze

Quelle que soit la saison, le mélèze est un arbre élégant. Il symbolise l'amour maternel, car il offre très souvent le gîte et le couvert aux écureuils, et les oiseaux s’y abritent souvent. Du fait de son écorce imperméable, le hibou moyen-duc apprécie y loger.

Le Mélèze d’Europe est donc le cadeau original pour la Fête des mères : un cadeau qui embellit chaque année ! Voici une idée de cadeau de Fête des mères original et écologique.

Et si, cette année, vous lui offriez un bouquet d’arbres dans une belle forêt ?