L’écureuil roux, un animal de nos forêts et de nos parcs

L’écureuil passe sa vie à courir après la nourriture qu’il enterre, participant ainsi au développement des essences d’arbres et à toute la biodiversité.

Guillaume Dannaud

Chargé de partenariats entreprises
L’écureuil roux, un animal de nos forêts et de nos parcs

Petit rongeur arboricole diurne, l’écureuil roux passe sa vie à courir après la nourriture qu’il enterre un peu partout, participant au développement des essences d’arbres et à toute la biodiversité. Là où la nourriture est abondante, on peut le voir sauter d’arbre en arbre même en plein hiver, mais la fragmentation des forêts et la disparition des bocages lui est néfaste.

Description de l’écureuil d’Eurasie

Sciurus vulgaris est le joli petit nom latin qui lui fut donné. On l’appelle aussi couramment écureuil d’Eurasie car depuis la dernière glaciation, il a colonisé presque toute l’Europe, du cercle polaire à la Méditerranée mais aussi l’Asie du nord, à l’est de l’Oural et jusqu’au nord de la Chine, la Corée et l'île d’Hokkaido au Japon. Il a toutefois quasiment disparu de l’Angleterre et de l’Irlande où l’introduction de l’écureuil gris d’Amérique du Nord lui a livré une concurrence fatale. Ce tout petit animal individualiste et opportuniste ne pèse guère plus de 600 grammes, ce qui ne l’empêche pas de courir toute la sainte journée quérir des graines qu’il cache un peu partout et ne retrouve pas toujours, à la grande satisfaction des arbres qui en germeront, et des autres bêtes qui en profiteront. Sans la queue, l’écureuil roux mesure entre 18 et 25 cm et sa queue est aussi longue que son corps. Ses oreilles finissent en longs pinceaux de poils, qui grandissent quand vient l’hiver et sa queue en panache est plus longue chez la femelle.
Selon les individus, la couleur varie du roux clair au brun-noir, mais le ventre est toujours blanc. Sa longue queue lui sert de balancier et de gouvernail pour bondir et grimper, mais elle a encore un rôle de signal lors de la saison des amours et lui sert à exprimer certaines émotions. 

Habitats et habitudes de l'écureuil roux

Arboricole, l’écureuil roux vit près des bois et dans les forêts, notamment les forêts anciennes, où il mène une vie solitaire, pour ne pas dire individualiste, se souciant peu de ses congénères sauf lorsqu’il s’agit de se reproduire. Il marque ses itinéraires de repères olfactifs et passe son temps à faire provision de nourriture qu’il cache ça et là sans que l’on en comprenne bien la logique, et lui non plus d’ailleurs. En cela, il est un élément majeur de l’enrichissement de la biodiversité. Il est surtout actif le matin et le soir, et sort chercher sa nourriture en haut des arbres. Il apprécie particulièrement les graines qu’il retire des cônes des résineux, mais il se nourrit aussi de noix, noisettes, faines, châtaignes, voire de bourgeons, fleurs d'arbres, graines d'arbres précoces ou encore vertes (ormes, frênes, érables, tilleuls, charme, etc), et baies et fruits à pulpe. Il s’attaque même parfois à l'écorce des arbres. Très occasionnellement, il mange des insectes, des œufs et des jeunes oiseaux encore au nid. Mais il mange très peu de glands, n’en déplaise à Scrat que l’on voit dans L’âge de glace courir constamment après son précieux gland
L’écureuil roux d’Europe mange aussi de grandes quantités de champignons souterrains, notamment les truffes du cerf qui ne sont pas très nutritives, mais dont le parfum l’attire. Il peut arriver que 80% du contenu de ses excréments soient des spores de ces champignons qui fructifient d’ordinaire sous le sol. C’est donc un grand creuseur, qui déterre presque autant de champignons qu’il enterre de graines, permettant non seulement la bonne germination des arbres, mais aussi leur mycorhization. Or, nous savons que sans ces réseaux souterrains de réseaux de champignons, les arbres auraient beaucoup de mal à survivre

Menaces qui pèsent sur l’écureuil

L’écureuil gris d’Amérique, qui est une espèce invasive en Europe, est une importante menace pour l’écureuil roux car, plus gros et plus fort, il résiste mieux aux maladies qu’il colporte : la coccidiose à Eimeria sciurorum et un Parapoxvirus. Il est par ailleurs beaucoup mieux adapté aux forêts de feuillus d’où il chasse l’écureuil de chez nous. Celui-ci se repaît des glands du chêne et laisse peu de nourriture à son concurrent.
Mais l’écureuil d’Eurasie est aussi victime de la destruction de son habitat naturel, à cause de la fragmentation des forêts et de la disparition des bocages. Il est par ailleurs menacé par la pollution qu’il absorbe en se nourrissant de champignons et, là où la nourriture est pauvre, d’os de mammifères et de bois de cervidés, qui contiennent de grandes quantités de plomb, de radionucléides et d’autres polluants. Enfin il peut être victime de maladies et de parasites. C’est pourquoi, en bon opportuniste, il se rapproche des villes où il trouve un abri relatif dans les parcs, et de la nourriture plus abondante que lui offrent parfois les humains. Il peut toutefois être victime des chats et des chiens domestiques, et des pies qui pillent son nid. Dans la nature, la martre des pins et l’autour sont ses principaux prédateurs. Mais la bonne nouvelle est que la martre préfère s’attaquer à l’écureuil gris, dont il faut absolument freiner la reproduction et le développement, si nous ne voulons pas que disparaisse notre écureuil roux familier