Calculez vos émissions de CO2 en train

prenez conscience de votre impact sur l'environnement

Nos calculateurs

Comment utiliser le calculateur pour calculer les émissions CO2 d'un trajet en train ?

  1. Saisir un point d'origine et de destination, ou une distance
  2. Choisissez le type de train
  3. Avec toutes ces données, le calculateur CO2 va estimer la distance, la consommation et donc les emissions de gaz à effet de serre de votre trajet en train

Vous prenez le train ? Comment contribuer à l’écologie avec EcoTree ?

Le train n’est pas le moyen de transport qui pollue le plus. Un voyage en train n’est pas pour autant un acte neutre.

SI nous n’en sommes plus à l’utilisation de locomotives à charbon ou à mazout, certaines ont toujours un impact conséquent sur l’environnement.

Un TER émet plus de CO2 qu’un TGV

Selon la SNCF, ce sont les Trains Express Régionaux (TER) qui ont le plus mauvais bilan carbone. Cela peut s’expliquer d’une part par la technologie utilisée par les locomotives, mais d’autre part, et pour la plus importante, par le nombre de voyageurs transportés.

C’est-à-dire que pour un voyageur parcourant un kilomètre, la quantité de CO2 émise sur un TGV INOUI, Lyria ou OUIGO, est de moins de 2g. Sur un TER, elle est en revanche de 26,5g par voyageur et par kilomètre.

Au bout du compte, un kilomètre parcouru en TGV émet 45 fois moins de CO2 que s’il était effectué en avion. Mais comme l’avion est généralement emprunté sur des distances plus longues, on considère que monter à bord d’un avion est plus de 1500 fois plus émetteur que de monter dans un train.

La compensation carbone ne suffit pas

Toutefois, le mieux étant l’ennemi du bien, ce n’est pas parce que je monte dans un train que je peux me considérer exonéré de tout impact sur l’environnement. Nos voyages sont une source de CO2 que la plantation d’arbres ne suffira pas totalement à contrebalancer. C’est pourquoi, même la compensation volontaire de CO2 ne peut pas être la première des solutions.

Il faut avoir conscience de ce que nous faisons, et que la construction de nouvelles lignes ferroviaires ou de nouvelles machines est également génératrice de CO2. Sachons donc vivre dans une sobriété heureuse et ayons en tête que nos manières de nous divertir portent parfois préjudice à la simple vie des générations futures.

La compensation carbone de son voyage n’est pas une mauvaise chose. Mais réduire son empreinte carbone en amont est encore préférable.