Il est urgent de prendre la mesure des risques climatiques

Il est urgent de prendre la mesure des risques climatiques

La RSE ne peut pas être une stratégie de petite ampleur visant à se donner bonne conscience. Le temps n’est plus à tergiverser ou aux mesurettes. Les effets du changement climatique sont patents et il faudrait être aveugle pour refuser de les voir. Ceux qui continuent de se voiler la face écouteront-ils les assureurs et réassureurs, à défaut d’entendre les écologistes et les scientifiques ? Car c’est aujourd’hui l’industrie de la (ré)assurance qui tire le signal d’alarme. Si les catastrophes climatiques s’amplifient, nous ne trouverons plus personne pour assurer les risques. Agissons maintenant.

Changement climatique : les (ré)assureurs à la manoeuvre

Denis Kessler l’assure dans Les Echos : « pour les assureurs et les réassureurs, le changement climatique n'est plus une hypothèse. C'est une certitude. » Et l’on peut en croire le P-D.G de Scor, quatrième groupe mondial de réassurance. Car, ainsi qu’il l’explique, les assureurs et réassureurs sont aux premières loges « pour assister à la multiplication des événements liés au réchauffement de la planète : tornades, typhons, ouragans, feux de forêt, inondations, sécheresses… » Ceux qui payent les pots cassés constatent non seulement une multiplication des catastrophes naturelles mais aussi une hausse continuelle de leur gravité. Plus meurtriers, plus destructeurs, ils pourraient finir par déprimer tout à fait le marché. Que se passera-t-il lorsque plus aucune société ne pourra payer l’addition ?

Pour qui sonne le glas ?

« N’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi. » Ce sont ces vers du poète anglais John Donne que l’écrivain américain Ernest Hemingway place en exergue de son roman Pour qui sonne le glas. Aucun de nous, aujourd’hui, ne peut se demander qui le réchauffement climatique concerne : il nous concerne tous. « Si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie ».

Cela fait des années, écrit Denis Kessler, que l’industrie de la (ré)assurance sonne le glas, tentant d’alerter les pouvoirs publics et l’opinion « sur l'aggravation de tous les risques associés au changement climatique. » Cette industrie aurait déjà pris des mesures « en matière de souscription et d'investissement pour contribuer à la lutte contre le changement climatique et promouvoir la transition énergétique. »

Elle souhaite également que ses assurés prennent leurs responsabilités en réduisant leurs émissions de carbone. Pour cela, elle appuie sur deux leviers menaçants : les sociétés qui ne font pas d’effort substantiel pour réduire leur empreinte carbone perdront in fine leur couverture assurantielle. Deuxio, le secteur de la (ré)assurance cesse d’investir son argent dans des sociétés qui contribuent au réchauffement climatique.

RSE : ne pas se payer de mots

Ceux qui pensaient s’en tirer à bon compte en déléguant une infime proportion de leur budget à la politique RSE de leur entreprise sans rien faire de notable pour réduire leur impact carbone en seront pour leurs frais. Tôt ou tard, ils en paieront le prix, et le feront payer à toute l’espèce humaine. Car la Terre, n’ayons aucun doute là-dessus, se remettra très bien des événements climatiques. L’être humain, beaucoup moins bien.

Il est temps que chacun agisse pour réduire la pollution qu’il émet. Nous ne pouvons pas attendre que les Etats ou l’Union européenne prennent toutes les décisions. Tous, nous sommes partie prenante de ce qui se passe sous nos pieds et sur nos têtes. Car tôt ou tard, si nous n’agissons pas, les (ré)assureurs se désinvestiront et les Etats n’auront pas les épaules assez larges pour payer les dommages causés par notre mode de vie.

Sommes-nous prêts à voir nos primes d’assurance augmenter constamment ou préférons-nous prendre, chacun, notre part de responsabilité ? Il est temps que les entreprises regardent en face leur bilan carbone, et qu’elles prennent de vraies mesures pour compenser leurs émissions de gaz à effet de serre.

Articles similaires
Orange reboise une forêt avec EcoTree!
Orange reboise une forêt avec EcoTree!

300 arbres pour les clients

Lire la suite

Emissions de CO2 en hausse : poursuivons nos efforts !
Emissions de CO2 en hausse : poursuivons nos efforts !

Bien que la France et l’Europe comptent parmi les bons élèves, la tendance mondiale est à la hausse. Les émissions mondiales de dioxyde de carbone devraient encore croître de 0,6% sur l’année 2019. Une hausse mesurée, certes, une hausse tout de même. Mais, à travers le monde, les données sont très hétérogènes.

Lire la suite

Le vrai sapin de Noël est écologique
Le vrai sapin de Noël est écologique

Le sapin de Noël, le vrai, synthétise à lui tout seul la tradition, l’écologie et l’économie. Le vrai, car les faux sapins en plastique, généralement importés de Chine, laissent croire qu’ils pourraient être une bonne alternative à certaine déforestation. Or, il n’en est rien, leur durée de vie n’étant pas assez longue pour annuler leur désastreux impact écologique. Tandis que l’authentique sapin de Noël, vivant, a généralement...

Lire la suite

Une nouvelle forêt est née en Île-de-France
Une nouvelle forêt est née en Île-de-France

C’est un projet qui nous tient en haleine depuis quelques années : la création de la nouvelle forêt sur la plaine de Pierrelaye-Bessancourt dans le Val d’Oise. Et voilà qui est fait, les premiers arbres ont été plantés. Prise entre la forêt de Montmorency, qui sera protégée dans deux ans, et celle de Saint-Germain-en-Laye, la nouvelle forêt de 1350 ha promet une ceinture verte au nord de la capitale. De quoi se réjouir...

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

reassurance.paiements_securises.titre

Paiements sécurisés
Stripe - SEPA

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

Avis Vérifiés
EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Gestion durable

Gestion durable
Toutes nos forêts sont gérées durablement, certifiées et assurées