Blog

Nyheder fra vores skove, begivenheder og livet på EcoTree-holdet

Les arbres de la liberté : origine et histoires

Les arbres de la liberté : origine et histoires

Il arrive qu’au 14 juillet soient plantés des arbres de la liberté. Que sont-ils et à quand remonte cette tradition ? Voici leur histoire en quelques dates.

Depuis la Révolution française, l’arbre est un symbole de la liberté. Car il est symbole de vie, de puissance, de croissance et de force. Il apparaît depuis le début sur l’une des faces des pièces françaises d’un euro et de deux euros. Héritée de la Révolution d’indépendance américaine, au cours de laquelle on planta des piquets de la liberté, cette tradition doit aussi beaucoup à de bien plus anciennes. Chez les Gaulois comme chez les Romains, on plantait des arbres de mai pour célébrer l’arrivée du printemps. Mais le premier français qui planta un arbre de la liberté fut le comte Camille d'Albon en 1782 dans les jardins de sa maison de Franconville, pour rendre hommage à Guillaume Tell.

Les arbres de la Révolution

C’est à la Révolution française que l’on planta en grande cérémonie de jeunes peupliers dans les communes françaises. En 1792, la France étant en guerre contre l’Autriche, la pratique se développa, dans un élan patriotique. L’arbre était un symbole fort de l’élan révolutionnaire. D’après l’abbé Grégoire, on planta quelques soixante mille peupliers en France à cette époque, et Paris en aurait eu plus de deux cents. Même le roi Louis XVI aurait présidé la plantation d’un arbre de la liberté dans le jardin des Tuileries.

La plantation de ces arbres donnait lieu à de grandes fêtes populaires auxquelles participaient aux côtés du peuple toutes les autorités. Les arbres étaient décorés, ornés de fleurs et de rubans patriotiques, servant de stations lors de processions et de fêtes civiques.

Des arbres que l’on abat

Pourtant, les arbres de la liberté ne firent jamais l’unanimité. Certains étaient attaqués, déracinés, coupés et l’on en replantait chaque fois. Le 31 mars 1794, à Clermont, Michel Fauré fut guillotiné pour avoir déraciné un arbre et crié « Vive le roi ! » Sous la Restauration, Louis XVIII donna des ordres pour que furent déracinés ces emblèmes de la Révolution. Par la suite, lors de chaque soubresaut révolutionnaire, de nouveaux arbres furent plantés. Ce fut le cas en juillet 1830, lors des Trois glorieuses qui devaient porter Louis-Philippe sur le trône. En 1848, lors de la révolution de février, on en planta plus encore. Mais en 1850, le préfet de Paris fit abattre tous les arbres de la liberté de Paris. En 1870, lors du retour de la République, on en planta de nouveaux ; puis encore en 1889, pour le centenaire de la Révolution, et en 1892. En encore, à la fin des deux guerres mondiales. Mais à chaque époque, ces arbres de la liberté ont eu leurs défenseurs et leurs opposants.

EcoTrees tjenester og garantier

reassurance.paiements_securises.titre

Sikker betaling
Stripe - SEPA (€)

Kundeservice

Kundeservice
Tilfredshed eller pengene retur 24/7

Avis Vérifiés
Compliance

Compliance
EcoTree er registreret ved den franske finansielle myndighed (AMF), som anderkendt af Finanstilsynet

Bæredygtig skovdrift

Bæredygtig skovdrift
Alle vores skove er forsikrede, certificerede og drevet bæredygtigt