Lyna Boussena, le renfort du marketing digital

Née en Tunisie dans une famille où l'on parle allemand, Lyna a étudié au lycée français puis à Berlin avant de rejoindre EcoTree à Paris.

Kévin Vallet

Lead Developer
Lyna Boussena, le renfort du marketing digital

Bien qu’elle n’aime pas parler d’elle, Lyna nous a confié quelques éléments sur sa vie et sa mission au sein d’EcoTree. Portrait d’une jeune étudiante pleine de talents venue dynamiser l’équipe du marketing digital d’EcoTree.

Lyna : une germano-tunisienne au lycée français

Élevée en Tunisie dans une famille de langue allemande, Lyna intègre l’école française de Tunis en CM2. “J’avais du mal à suivre l’école en arabe, parce qu’on ne le parlait pas à la maison. Ma mère est allemande et mon père est germano-tunisien. A la fin de l’école primaire, j’ai été inscrite à l’école française où j’ai suivi le cursus français jusqu’au bac. Ma sœur allait aussi à l’école française, c’est ainsi que nous avons commencé à parler cette langue à la maison. Et comme, en grandissant, nous avons noué des relations avec des personnes qui n’étaient pas forcément de langue allemande, nous avons parlé de plus en plus français dans la famille.”
Difficile toutefois pour Lyna de dire quelle est sa langue la plus naturelle. A la fin de sa troisième, la famille part vivre en Serbie. “C’est là que j’ai passé mon bac. Enfin, plus précisément à Budapest, parce que le lycée français de Belgrade était si petit qu’il ne pouvait être un centre d’examen. Je me souviens de ce bus que nous avons pris tous ensemble pour aller passer le bac. Ça ressemblait plus à un départ en vacances qu’à autre chose !”
De la langue serbe, elle dit n’avoir que des notions de base et s’en montrerait presque désolée. Qui pourrait pourtant lui reprocher de parler seulement quatre langues ? Car aujourd’hui, Lyna étudie à Berlin mais en langue anglaise, et travaille à Paris. 

Une soif d’apprendre et de se dépasser

“Je fais des fautes de français”, se désole-t-elle. Mais qui n’en fait pas ? Lyna, perfectionniste ? Son bac français en poche, elle part huit mois en Australie, à Sydney, comme jeune fille au pair à mi-temps, suivant des cours d’anglais le reste du temps pour préparer le diplôme Certificate in Advanced English de Cambridge (aujourd’hui C1 Advanced). 
“C’est grâce à ce diplôme que j’ai pu intégrer l’école de droit et d'économie de Berlin (Hochschule für Wirtschaft und Recht Berlin). J’y passe un bachelor en International Business Management. Dans le cadre de ce cursus, je dois effectuer deux semestres et un stage à l’étranger. C’est ainsi que je me suis retrouvée à Paris, chez EcoTree il y a un peu plus d’un an, le 6 janvier 2020. En août, je devais partir à HEC Montréal pour faire mon deuxième échange, mais cela a été annulé par la crise du Covid. Plus exactement, on m’a proposé de faire un échange virtuel, ce qui ne m’intéressait pas. J’ai donc effectué mon deuxième semestre d'échange à Paris, avec l’accord de mon école.”

La découverte de la foresterie et d’EcoTree

“Le principal point de chute de ma famille, c’est la Tunisie, et c’est là que je passe la majorité de mes vacances. Je dois avouer que je connaissais très peu la forêt, avant de commencer à travailler pour EcoTree. En Tunisie, il y a des forêts, mais on va plus volontiers à la plage que dans les bois. Aujourd’hui, j’en connais bien davantage sur les arbres, j’ai appris beaucoup de choses notamment en réalisant des pages dédiées aux essences d’arbres et grâce aux sorties pédagogiques que nous faisons dans les forêts d’EcoTree. Je n’avais pas vraiment conscience, avant d’arriver ici, qu’une forêt devait être entretenue. Je suis davantage une fille du désert. Mais j’aime découvrir de nouveaux horizons.”
C’est en cherchant un stage, alors qu’elle est à Singapour dans le cadre de son premier échange, que Lyna découvre l’annonce postée par EcoTree. “Ce n’était pas simple à organiser à cause du décalage horaire, mais j'ai passé plusieurs entretiens dans différentes start-up avant de rejoindre EcoTree. C’est l’entretien que j’ai passé avec David qui m’a immédiatement convaincue de les rejoindre. Au cours des précédents entretiens, on m’avait chaque fois posé des questions un peu bateau comme « quelles sont vos trois principales qualités et vos trois principaux défauts ? ». Avec David, le courant est tout de suite passé. Et pourtant, mon ordinateur avait planté juste avant l’entretien, si bien que je m’étais dit : c’est le signe que je ne suis pas faite pour cette entreprise. Mais nous nous sommes très bien entendus, il m’a proposé le poste au cours de l’entretien et j’ai accepté. Ça s’est fait très vite, et c’était bien comme cela, nous sommes immédiatement allés à l’essentiel et parvenus à un accord.”

Lyna vient en renfort de l’équipe de marketing digital

C’est ainsi que Lyna rejoint l’équipe de marketing digital deux jours après Melchior. Jusqu’alors, David était seul, et l’équipe s’est bien étoffée. Malgré cela, le travail ne manque pas ! « J’adore ce que je fais, et EcoTree, qui est devenue ma famille d’adoption. Mais comme une vraie famille, elle va parfois jusqu’à hanter mes nuits, il faut que j’arrive à y penser un peu moins ! (Rires) Ce qui est vraiment bien, c’est que j’ai une grande liberté dans mon travail. Je peux imaginer et proposer à peu près tout ce que je veux, personne ne me met de bâton dans les roues ou ne remet en cause mon travail, tant qu’il est bien fait. Le leitmotiv est « test & learn ». J’ai ainsi appris à coder et j’ai été admise en marketing digital, alors même que je n’avais jamais suivi de cours de marketing digital. On m’a vraiment donné ma chance !”
Lyna réalise de nombreuses tâches, se trouvant à la conjonction de plusieurs métiers-clés. Elle s’occupe de la relation avec les clients, du référencement naturel (SEO) du site et de la création, du design, voire de la traduction, et de l’implémentation de nouvelles pages. 
“Nous recevons régulièrement des demandes de précisions sur nos pratiques forestières et, bien que nous expliquions sur le blog ou sur nos pages que nous n’utilisons pas de pesticides, que nous faisons de la gestion durable et que nous menons les forêts vers des futaies irrégulières pour les rendre plus résilientes face aux attaques de parasites ou au changement climatique, il faut toujours faire plus de pédagogie. L’avantage d’être à la fois au support et au marketing, c’est que je peux savoir très vite ce qui touche nos clients et ce qui ne fonctionne pas et n’a pas été assez bien pensé pour eux. Cela me permet d’être réactive !
Un de mes petits plaisirs, c’est aussi de créer de nouvelles offres : par exemple cacher des œufs sur le site pour Pâques, offrir des cadeaux, imaginer des offres spéciales comme lors de la Journée internationale des forêts…”
Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à écrire à Lyna, qui se fera un plaisir de vous répondre. Vous avez d’ailleurs sans doute déjà eu l’occasion de l’entendre au bout du fil ou de lire ses messages !