L’écosystème forestier est plus qu’un puits de carbone

Planter une forêt a plusieurs objectifs : à la création d’un puits de carbone s'ajoutent de nombreux co-bénéfices qui valorisent l’écosystème dans sa globalité.

Annabelle Le Corfec

Responsable Innovation
L’écosystème forestier est plus qu’un puits de carbone

S’il arrive que l’activité de plantation ou de gestion des forêts soit sujette aux critiques lorsqu’elle est présentée comme une action environnementale, c’est que le discours manque de concret. Planter une forêt a plusieurs objectifs : à la création d’un puits de carbone s'ajoutent de nombreux co-bénéfices qui valorisent l’écosystème dans sa globalité. Découvrons-les !

Valoriser les forêts, c’est répondre à de nombreux enjeux

Quand un membre de l’équipe raconte à un néophyte l’action d’EcoTree, s’il n’emploie pas les bons mots, qu’il se satisfait de mots valises du type “on reboise les forêts françaises, et on travaille pour les entreprises qui veulent planter des arbres”, il se retrouve souvent avec les réactions suivantes : 
“Vous faites du greenwashing en fait ?” 
“Si planter des arbres pouvait sauver la planète ça se saurait, le problème est ailleurs !” 
Et ceux qui prononcent ces remarques ont bien raison ! Planter des arbres, ce n’est pas un faire-valoir pour les entreprises polluantes, ni la solution miracle pour régler les problèmes environnementaux.
Il n’en reste pas moins que, de manière unanime, on reconnaît que la plantation d’arbres doit être favorisée : pour la captation de carbone, mais également pour la préservation de nos écosystèmes.

Planter des arbres pour créer des puits de carbone

Pour réduire le bilan carbone de la planète, on peut planter des arbres, certes. C’est ce que fait EcoTree : pour chaque nouveau projet forestier, nous calculons et faisons valider par un cabinet indépendant les émissions de carbone qui seront absorbées par notre projet. Mais ce n’est pas suffisant. 
Car si l’on suit les recommandations pour le climat, la meilleure solution à court-terme pour absorber au maximum du CO2 dans les forêts serait de planter massivement des arbres, comme l'indique un article publié dans la revue Science par une équipe de chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Zurich (ETH), de la FAO et du Cirad. Or les plantations massives d’arbres se font trop souvent en mono-essence, en ligne, sur d’immenses terrains, sans se soucier de l’état du sol, de la faune et la flore environnantes, et de la pérennité de la plantation 

La forêt est un écosystème à part entière

Ainsi l’activité de plantation et de gestion de forêts, si elle a pour seul but de créer des puits d’absorption de carbone pour rassurer les entreprises sur leur impact, donnerait-elle lieu à une exploitation forestière orientée sur la captation à court-terme. Or, l’enjeu climatique est de taille, mais il ne doit pas être en contradiction avec l’urgence de prendre soin de la biodiversité : veillons également à la préservation des écosystèmes.

Préserver la biodiversité tout en créant des puits de carbone

La biodiversité est, avec le carbone, l’enjeu de taille du 21e siècle. En un demi-siècle, les populations sauvages ont décliné de 60% - on parle de la 6ème extinction de masse. Or 80% de la biodiversité mondiale terrestre se trouve dans les forêts ; d’où l’importance de prendre en compte cet enjeu lorsqu’on fait de la plantation et de la gestion forestière.
Il n’est donc pas question d’être au service d’un unique but d’optimisation de l’absorption de CO2, au profit d’entreprises souhaitant neutraliser leur bilan carbone. 

EcoTree prend en compte l’ensemble des co-bénéfices des forêts 

Notre objectif chez EcoTree, c’est de créer des forêts durables, dans lesquelles les écosystèmes sont préservés et favorisés, où la biodiversité s’épanouit, et où les arbres séquestrent du CO2 sur le long-terme, en poussant à leur rythme, et en étant par la suite destinés à former du bois d’oeuvre qui continue de stocker le carbone absorbé.

Pour cela, la captation de carbone est évidemment favorisée dans nos forêts, en favorisant la préservation du sol qui capte 50% du stock de carbone des forêts, en plantant plusieurs essences d’arbres sur la même parcelle pour qu’ils s’enrichissent mutuellement et s’aident à croître, et en calculant le carbone absorbé dans nos divers projets forestiers. Et en plus, nous prenons soin de la biodiversité dans les forêts, en restaurant les écosystèmes, en favorisant la venue de la faune et de la flore sauvages, et en instaurant une gestion forestière qui ne vient pas heurter les cycles et le rythme de la forêt.

Respecter l’environnement c’est agir à l’échelle écosystémique

C’est seulement cette sylviculture proche de la nature qui permet à la planète de respirer, tout en répondant aux enjeux de biodiversité et de captation de carbone, et en permettant à l’ensemble du corps social d’agir de manière tangible sur des projets de long-terme et bons pour l’environnement.
Planter des arbres, ce n’est pas un outil de communication qui cautionne les émissions polluantes des entreprises. C’est une action nécessaire pour notre climat mais également pour nos écosystèmes, qui doit s’accompagner d’une attention toute particulière envers la biodiversité : considérons la forêt comme un écosystème dans lequel chaque bénéfice doit être valorisé.