Focus sur le Tulipier de Virginie

Essence mellifère au bois tendre, le tulipier de Virginie a été implanté en Europe où il est un arbre d’ornement et une essence forestière, aux fleurs remarquables.

Melchior Quennec

Responsable Marketing & Croissance B2C
Focus sur le Tulipier de Virginie

Ce bel arbre originaire d’Amérique, cousin du magnolia, a été introduit en Europe au XVIIIe siècle comme arbre d’ornement. Depuis le XXe siècle, il est également utilisé comme arbre forestier, notamment pour la qualité de son bois tendre et son potentiel de biodiversité.

Caractéristiques du tulipier de Virginie

Liriodendron tulipifera est un arbre à croissance initiale rapide. Essence héliophile, hautement sensible à la compétition et sujette à l’abroutissement du gibier, il est nécessaire d’être attentif à lui éviter toute forme de concurrence lors de la plantation et de la protéger des dégâts que peut lui causer la faune sauvage. Malgré cela, cet arbre supporte un couvert supérieur léger au stade juvénile, mais nécessite une exposition en pleine lumière pour se développer à l’âge adulte. C’est un grand arbre, pouvant mesurer jusqu’à 30 mètres de hauteur sous nos latitudes, 50 dans son aire naturelle. 
C’est une essence pionnière, sensible aux gelées précoces lorsqu’il est à l’état de jeune plant, mais dont la résistance au froid augmente avec l’âge. Il est assez sensible à la sécheresse sauf s’il bénéficie d’un enracinement profond. Ayant besoin de précipitations assez abondantes mais sensible à l’engorgement des sols, il est ainsi adapté aux plaines océaniques, pour cette raison notamment planté, en France, dans le Pays Basque et le Béarn. 
Cet arbre de grande dimension, qui a besoin d’espace pour se développer en largeur et en hauteur, est surtout remarquable par ses feuilles découpées en quatre larges lobes pointus, qui prennent une belle teinte jaune à l’automne, et ses fleurs en forme de tulipe. Celles-ci, étonnantes, ressemblent à celles du magnolia lorsqu’elles sont en bouton.
La fleur est hermaphrodite, dressée, solitaire, comptant 3 sépales vert clair qui entourent 6 pétales de couleur vert très clair à blanc, jaune orangé à la base et légèrement odorante. Après 20 ans d’âge, la fleur donne un fruit conique dressé qui libère de nombreux samares simples, similaires à ceux du frêne.
Après une coupe, cet arbre rejette vigoureusement de souche. 

Origine du tulipier de Virginie

Le tulipier de Virginie, que l’on appelle aussi arbre aux lis, telle que l’étymologie de son nom scientifique Liriodendron le laisse deviner (leirion : lis et dendron : arbre) est originaire d’une grande bande de territoire qui s’étend au sud et à l’est des Etats-Unis, du sud du Canada à l’Arkansas et l’Alabama en passant par le Michigan et l’Etat de New York, incluant bien entendu l’Etat de Virginie. Dans les forêts mixtes de son aire naturelle, il est associé au noyer noir, au chêne blanc d’Amérique et au caryer. 
C’est en 1663 qu’il a été introduit en Europe comme arbre d'ornement, où il est devenu coutumier des parcs et jardins. Les plus célèbres exemplaires de cet arbre exotique furent plantés par Marie-Antoinette au Petit Trianon à Versailles. Ils ont malheureusement été abattus par la tempête de 1999. On trouverait toutefois des spécimens plus anciens encore dans quelques parcs de châteaux de France. 

Usages du tulipier de Virginie

Les propriétés du bois du tulipier de Virginie

Bien que sujet à la pourriture, son bois présente des propriétés intéressantes pour l’exploitation forestière. Ayant une croissance rapide, le tulipier de Virginie Liriodendron tulipifera peut être exploité entre 50 et 70 ans. Pour obtenir un bois de bonne qualité, il requiert un soin attentif de la part du forestier. Étant enclin à développer des nœuds dans le bois, il faut pratiquer un élagage artificiel. De même, c’est un arbre qui peut fourcher, auquel cas le sylviculteur doit pratiquer un défourchage. Afin d’éviter que la pourriture l’attaque après abattage, il convient de le débarder rapidement. A part cela, on ne lui connaît pas de pathologie particulière et son seul ennemi est le puceron du tulipier (Illinoia liriodendri) qui provoque une faible décoloration du feuillage et n’entraîne a priori pas de conséquences dangereuses. 
Son bois tendre n’est pas d’un usage recommandé en extérieur. En revanche, il est apprécié en menuiserie et en ébénisterie, de même en tranchage, déroulage, caisserie, tournerie, pour la fabrication de jouets et la lutherie. Il présente un retrait très faible au sciage, et facile à sécher et supporte des températures de séchage particulièrement élevées (150°C). Il est facile à usiner et à travailler. 

Les caractéristiques mellifères du tulipier de Virginie

Cet arbre exotique, originaire du sud et de l’est des Etats-Unis, a des qualités intéressantes pour enrichir la biodiversité. Ses fruits sont consommés par certains mammifères et oiseaux et il a un effet positif sur le recyclage des éléments minéraux. Il participe à la fixation et la structuration du sol et ses fleurs sont très mellifères. Aux Etats-Unis, les abeilles en font un bon miel de couleur très foncée que les apiculteurs récoltent. Enfin, de son écorce est extraite la liriodendrine, un alcaloïde qui est un succédané de la quinine