20 nov. 2019

Du bois français pour le nouveau Roland-Garros

Pour faire de Roland-Garros le plus beau stade de tennis du monde, la Fédération Française de Tennis n’a rien imaginé de mieux que de commander près de 30 000 sièges en b

Vianney Passot
Vianney PassotSecrétaire général
Du bois français pour le nouveau Roland-Garros

Pour faire de Roland-Garros le plus beau stade de tennis du monde, la Fédération Française de Tennis n’a rien imaginé de mieux que de commander près de 30 000 sièges en bois. En bois français, bien entendu !

Le bois est le matériau du futur, autant qu’il fut celui du passé. Car il est renouvelable, noble, et que son bilan carbone est neutre. En un mot, exploiter les forêts pour la construction est une bonne chose pour la planète, la FFT l’a bien compris. Outre cela, le bois est un beau matériau, qui peut être designé suivant toutes les modes. C’est ainsi que chêne et châtaignier font la splendeur du nouveau Roland-Garros dont nous connaissons l’exigence en matière de style et d’image de marque.

Un bois de France

C’est en Haute-Saône au pied des Vosges, dans la petite commune de Froideconche qu’ont été fabriqués les 29 850 sièges en bois des trois principaux courts du stade Roland-Garros. Car le nouveau Roland-Garros, uni à la Fédération Française de Tennis, souhaitait que soit utilisé un matériau vivant qui fasse écho au bois de Boulogne qui le jouxte ainsi qu’à la terre battue des courts. Une idée simple et géniale ! Comme le dit Perrine de Foucaud, qui dirige le projet du nouveau Roland-Garros, le bois « a une connotation d’authenticité et d’élégance, qui est cohérente avec notre ambition de faire de Roland-Garros le plus beau stade de tennis du monde […] Nous voulions que nos sièges deviennent un marqueur fort de notre identité. »

Du chêne et du châtaignier

La démarche à responsabilité sociétale et environnementale (RSE) de la FFT n’est pas pour rien dans la décision de faire du bois le matériau principal des sièges des trois courts principaux, et c’est tant mieux. Le bois utilisé est donc français, et les meubles sont de fabrication française. Une partie du chêne employé est locale, le reste provenant d’autres régions du pays. C’était pourtant une gageure, car il s’agit des premiers sièges en bois au monde à être utilisés en extérieur. La Société saônoise de mobilier, qui a été chargée de l’industrialisation des galettes (assises et dossiers), a donc opté pour un multipli, qui est un mélange de deux essences d’arbres, du chêne et du châtaignier ici, qui sont les deux essences réputées les plus résistantes en extérieur. Nous avons donc une alternance des deux essences, le pli de châtaignier étant la face visible des galettes, par pur choix esthétique.

De l’innovation, toujours de l’innovation

Lorsque les bois sont confrontés à l’humidité, le tanin remonte à la surface et les noircit. Et puisqu’aucun vernis n’existait pour protéger le bois dans ce genre d’usage jusqu’alors inédit, l’entreprise a développé, avec son fournisseur de vernis, une formule qui soit adaptée à cet usage. L’huile hybride est donc appliquée en trois couches, formant une seconde peau sur le bois. Et l’entretien du bois n’est pas compliqué puisqu’il suffit d’y repasser une application. Le bois pourrait alors être laissé aux intempéries toute l’année, même si la direction du stade préfère mettre une housse sur chaque chaise.

Et finalement, non seulement le résultat esthétique est superbe, mais nul ne se plaint de l’assise qui est très confortable, et cette décision a permis à l’industrie française de donner de l’emploi et de développer une nouvelle forme de protection du bois. Sans compter que cela fait vivre les forêts de France ! Une bonne décision qui fait de nombreux heureux !

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Quelques secondes suffisent pour s'inscrire à notre newsletter. Vous recevrez régulièrement des nouvelles de nos actions sur le terrain, des connaissances sur la forêt et sa biodiversité mais aussi des offres exclusives rien que pour vous !
En savoir plus Réduire
ecotree newsletter

Apprenez-en plus sur la forêt, la biodiversité et les enjeux de leur préservation

BlogBois & Marines, des forêts à la merLyna Boussena22 mai 2024
BlogInvestir dans les EnRLyna Boussena16 mai 2024
BlogRestauration de tourbières à Dahner Felsenlandschaft, AllemagneJulia WIENBERG1 mai 2024

Notre sélection d'arbres

Notre raison d’être : permettre à tous de faire un geste qui bénéficie à la nature et nous aide à vivre dans un monde plus harmonieux. Alors, vous aussi devenez propriétaire d'arbres en forêt française et contribuez à lutter contre le dérèglement climatique.

5349Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/5a4b02c451eca6d9634141f1548976d4bac06cfa.jpegMélèzeFutaie irrégulière Forêt de Lacelle 19https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-lacellehttps://ecotree.green/offres/19-correze/foret-de-lacelle/meleze/5349
Mélèze 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Lacelle
Corrèze, Nouvelle-Aquitaine
5298Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/04/6cca4be3936bccf6c93f6476104f1e576cc3af60.jpegCèdreFutaie irrégulière Forêt de Lacelle 19https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-lacellehttps://ecotree.green/offres/19-correze/foret-de-lacelle/cedre/5298
Cèdre 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Lacelle
Corrèze, Nouvelle-Aquitaine
5212Arbre1920%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/29975171525cffa6ac400a830e26cf86373eb387.jpegChêne SessileÂge : 55 à 60 ans Forêt de Ruillé 72https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-ruillehttps://ecotree.green/offres/72-sarthe/foret-de-ruille/chene-sessile/5212
Âge : 55 à 60 ans
Forêt de Ruillé
Sarthe, Pays de la Loire

Communication à caractère promotionnel. Cet investissement comporte des risques. Reportez-vous à l'article 18 des CGV et à la note d’information.

Voir nos arbres