Rowing Trek, des randonnées en aviron responsables

La société Rowing Trek, qui propose des randonnées en aviron partout en Europe, s’associe avec EcoTree, afin de contribuer à l’enrichissement des forêts françaises.

Sophie le Masne

Chargée de communication
Rowing Trek, des randonnées en aviron responsables

Afin de réduire son empreinte environnementale, la société Rowing Trek, qui propose des randonnées en aviron partout en Europe, s’associe avec EcoTree, afin de contribuer à l’enrichissement des forêts françaises. Rencontre avec son dirigeant, Christophe Le Bel.

Comment s’est passée votre rencontre avec EcoTree ?

Christophe Le Bel : 
Je cherchais un partenaire pour contribuer à la constitution de puits de carbone, afin de nous rapprocher le plus possible d’une neutralité carbone, dans le cadre de l’activité de Rowing Trek. J’ai notamment mené mes recherches sur le net, et c’est la solution d’EcoTree qui m’a paru la plus intéressante, parce qu’elle offre un suivi de la réalité des investissements, contrairement à beaucoup d’autres offres qui proposent souvent de donner de l’argent sans qu’on sache où cela va. 
Un deuxième élément nous a séduits, c’est la territorialité des forêts qu’EcoTree gère et exploite. En effet, l’activité de Rowing Trek est soutenue par plusieurs personnes qui vivent aux quatre coins de la France et même en son centre ! Nous avons à cœur de contribuer à des projets qui nous sont géographiquement proches. Nous sommes 19 à ce jour, mais bientôt 24, répartis en Bretagne, dans le Sud et l’Ouest de la France, dans le Limousin et un peu dans l’Est.

Comment se passe votre activité en ce moment ?

Christophe Le Bel :
Malheureusement, comme nous fournissons du matériel pour l’organisation de treks à l’aviron en Europe, la crise de la Covid-19 nous touche particulièrement, si bien que notre activité est très ralentie ces derniers temps. Comme nous l’avons démarré en 2020, ça a été poussif jusqu’à présent. Ainsi, sur les six séjours prévus l’an passé, nous n’avons pu en organiser que deux, en Bretagne, Vendée et au Portugal. 

Quelles sont les actions de Rowing Trek en faveur de l’environnement ?

Christophe Le Bel :
Au départ, nous proposions à chacun des participants des treks de contribuer à l’environnement. 
Etant donné notre activité, notre plus grosse empreinte écologique est le transport des bateaux que nous assurons. Et pour les participants, leur trajet en avion, en train ou en voiture, ou par tout autre moyen de transport, génère de la pollution et rejette du CO2. Nous proposions donc aux participants de compenser librement leurs rejets d’émissions de gaz à effet de serre par X arbres, en prenant en compte leur transport et celui des bateaux. C’était une option. Désormais, nous souhaitons intégrer directement à notre prix de vente la contribution en faveur des forêts et de l’essor de la biodiversité. Le transport des bateaux génère inévitablement des rejets de CO2 : il sera contrebalancé par notre engagement avec EcoTree. 
Pour estimer le nombre d’arbres à planter afin d’être le plus neutre possible, j’ai consulté des sites officiels, d’ONG, du gouvernement et celui d’EcoTree. Partant de tout cela, j’ai fait mes propres calculs, en prenant en compte le fait que les arbres absorbent du CO2 tout au long de leur croissance. Il faut donc se demander en combien de temps on veut compenser les séjours. C’est assez complexe. 
Au bout du compte, cela signifie bien que nous sommes loin d’une science exacte et qu’il est plus intelligent d’apporter une contribution globale à l’essor des forêts, que de se perdre dans des calculs complexes qui ne seront jamais exacts. Nous nous engageons donc à contribuer à l’entretien des forêts françaises et au développement de sa biodiversité avec nos clients. 
Pratiquant un sport de nature, il nous semble que c’est une chose tout à fait naturelle !