Portrait de Guillaume Dannaud, depuis un an chez EcoTree

Guillaume Dannaud, responsable des partenariats d’entreprises, nous raconte ce qui l'a motivé à venir travailler chez EcoTree.


Chargée de partenariats entreprises
Portrait de Guillaume Dannaud, depuis un an chez EcoTree

Chez EcoTree, Guillaume Dannaud est responsable des partenariats d’entreprises depuis un an. Il nous explique ce qui l’a poussé à venir travailler dans la startup bretonne et nous confie ses espoirs pour l’avenir.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de pousser la porte d’EcoTree ?

Guillaume : Avant de rejoindre EcoTree, j’ai fait une école de commerce, puis j’ai travaillé deux ans dans un grand cabinet d’avocats d’affaires anglo-saxon. Au terme de ces deux années, je me suis profondément remis en question et j’ai souhaité rejoindre EcoTree pour deux raisons. La première se rapporte au fondement de la mission d’EcoTree. S’occuper des forêts tant dans leur dimension écologique et environnementale qu’économique et naturelle m’attirait. J’avais besoin de redonner du sens à mon travail en effectuant quelque chose de plus palpable, de plus ancré.
La deuxième était de rejoindre une startup. Etre au tout début d’une entreprise, pouvoir être partie prenante de toutes les innovations qui se mettent en place et participer à son développement jour après jour m’a décidé à rejoindre EcoTree. Je me sens mieux dans cette petite structure dynamique et pleine de vie, dans une équipe jeune et enthousiaste, que dans une grande entreprise déjà très établie.


Aujourd’hui, comment occupes-tu tes journées chez EcoTree ?

Guillaume : Je viens de fêter mon premier anniversaire chez EcoTree où je suis en charge des partenariats avec les entreprises, ce qui est l’une de mes deux expertises au sein de l’entreprise. J’accompagne les entreprises des secteurs du conseil, de la construction et de l’immobilier dans leurs projets environnementaux. Je les conseille afin que leurs projets puissent correspondre au cœur de l’entreprise et de leur activité, puis je les accompagne dans la réalisation de leurs projets. Ensemble, nous identifions les raisons de leur engagement, leurs motivations, et je leur propose des projets forestiers qui leur correspondent. Mon travail inclue donc le conseil mais aussi toute la mise en forme du projet jusqu’à son aboutissement final.


Et ta deuxième expertise au sein d’EcoTree ?

Guillaume : Ma deuxième expertise se rapporte au défrichement des parcelles. Lorsque des entreprises ou des particuliers ont besoin de défricher une terre pour différentes raisons (parce que la forêt est en mauvais état, pour réorienter l’usage de cette parcelle, pour des nécessités de construction, etc), je les accompagne afin qu’ils puissent contribuer, en échange, à un projet écologique lié à la forêt. Je les aide donc à identifier les projets forestiers qui pourront leur permettre de rétablir la balance, c’est-à-dire qu’au bout du compte, ils financeront un projet de reboisement ailleurs.

 

"J’ai vraiment grandi à la campagne, et c’est dans la nature, notamment dans la forêt, que je passe le plus clair de mon temps libre"


Tu as toujours été lié aux forêts ou c’est une découverte pour toi ?

Guillaume : J’ai toujours été lié aux arbres et aux forêts. Ma famille n’est pas parisienne, elle est composée de gens originaires du Berry et des Charentes, où j’ai passé l’essentiel de ma jeunesse. Aujourd’hui, elle est en Sologne, où je retourne dès que je peux. J’ai vraiment grandi à la campagne, et c’est dans la nature, notamment dans la forêt, que je passe le plus clair de mon temps libre. C’est quelque chose de très important pour moi. Plus que l’aspect environnemental, c’est mon amour pour la campagne, les forêts et la ruralité qui me fait vibrer.


Tu n’as finalement pas l’air malheureux ici ?

Guillaume : Pas du tout ! Pouvoir parler chaque jour dans son travail de forêt, de biodiversité et de nature est une chance. Que je sois amené à discuter avec les clients (entreprises ou particuliers) ou avec mes collègues d’EcoTree, c’est toujours en rapport avec la nature et la forêt. C’est tout de même formidable ! D’autant que c’est un sujet qui favorise la passion.
Qu’il s’agisse des entreprises qui cherchent à développer du sens au sein de leurs missions, et qui ont choisi de se faire accompagner par EcoTree, ou de mes collaborateurs, tous montrent un véritable enthousiasme quand nous en venons à parler d’arbres ou de projets de développement de la biodiversité. Par ailleurs, dans cette startup, les profils sont très variés, car nous faisons à la fois de l’IT, de la communication, du marketing et, bien entendu, de la gestion forestière. Et nous sommes souvent consultés ou sollicités par les collaborateurs des autres services pour donner notre avis, nos idées, faire part de notre expertise. C’est passionnant !

 

"Notre premier métier c’est la gestion forestière et le travail séculaire du bois"


Qu’est-ce qui est le plus important pour toi ?

Guillaume : Ce qui me semble essentiel, c’est de ne jamais perdre de vue que, même si nous parlons souvent de contribution écologique, de projets de biodiversité, de séquestration de carbone, de produits et d’offres, notre premier métier c’est la gestion forestière et le travail séculaire du bois. C’est dans cette tradition que nous nous inscrivons. Nous ne sommes pas qu’une entreprise intermédiaire en biens divers.


Comment vois-tu l’avenir avec EcoTree ?

Guillaume: Ce qui me semble très positif aujourd’hui, c’est que nous sommes en train de développer de nombreux projets qui vont au-delà de la forêt. Particulièrement tout ce qui tourne autour de la protection et de l’enrichissement de la biodiversité : la restauration de mares, la défense des tourbières, la plantation de haies mellifères… Nous portons ainsi des projets très variés qui se rapportent bien entendu aux arbres, mais qui vont plus loin. La forêt, ce ne sont pas que des arbres, mais un écosystème qui va bien au-delà. Il est formidable de constater que les entreprises l’ont tout à fait compris et y sont très sensibles aujourd’hui. Les entreprises et les particuliers s’intéressent désormais autant aux arbres qu’aux écosystèmes dans lesquels ils croissent, ce qui est très positif.