Ushuaïa TV et EcoTree : un partenariat pour les forêts

Seul média 100% dédié à la défense et la protection de l’environnement, Ushuaïa TV s’associe à EcoTree et nous explique pourquoi.

Sophie le Masne

Chargée de communication
Ushuaïa TV et EcoTree : un partenariat pour les forêts

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts, dimanche 21 mars 2021, la chaîne de télévision Ushuaïa TV s’associe à EcoTree pour promouvoir la nature et les forêts. Christophe Sommet, directeur de la chaîne de télévision nous explique pourquoi.

Pouvez-vous nous présenter la chaîne Ushuaïa TV ?

Christophe Sommet : La chaîne de télévision Ushuaïa TV que je dirige appartient au groupe TF1, et a été lancée en mars 2005. Nous avons fêté ses 15 ans l’an dernier. Nous sommes le seul média télévisé dont le contenu soit entièrement dédié à la sensibilisation du public, à la protection et à l'engagement en faveur de la planète.

Était-ce votre objectif dès l’origine d'Ushuaïa TV ?

C.S. : Oui, dès le lancement de la chaîne, tel était son objectif. Le groupe TF1 avait un patrimoine de vingt-cinq années d’émissions “Ushuaïa” présentées par Nicolas Hulot qu’il souhaitait mettre en valeur en créant un média autour de cette émission emblématique, en allant plus loin et en produisant des programmes sur-mesure. C’est ainsi que nous avons lancé la chaîne avec cette marque forte, qui est toujours dans le référentiel des Français. Depuis seize ans, nous continuons de creuser le sillon autour des mots-clés : s’émerveiller, comprendre, respecter et s’engager. 
Il y a seize ans, le ton général était stigmatisant et assez anxiogène, et nous avons souhaité en prendre le contrepied pour parler de manière positive des sujets environnementaux, en montrant qu’il y avait des solutions, des initiatives, des gens formidables qui agissent au quotidien pour établir un monde meilleur. C’est ce que nous voulons mettre à l’honneur avec les programmes diffusés sur Ushuaïa TV. Nous avons donc développé une politique éditoriale et événementielle conséquente, appuyée sur des temps forts tout au long de l’année, qui peuvent accompagner la sortie d’un film ou d’une exposition, d’un salon ou d’un festival et, bien entendu, liés à l’agenda de la planète. C’est ainsi que nous sommes sur la même longueur d’onde qu’EcoTree, pour la Journée Internationale des Forêts le 21 mars

Que proposez-vous à l’occasion de cette Journée des forêts ?

C.S. : Chaque année, nous mettons en place une programmation spécifique sur la thématique des forêts. Cette année, nous avons fait fort, avec plus d’une dizaine d’heures de contenus dédiés à la thématique des forêts. Nous mêlons à la fois les sujets de fond : que sont les forêts, que représentent-elles pour nous, pourquoi sont-elles importantes, quels en sont les enjeux, les problématiques, etc, et les initiatives concrètes en faveur de leur développement et de leur protection.

Est-ce dans ce cadre que vous vous êtes rapprochés d’EcoTree ?

C.S. : Nous aimons bien aller chercher des partenaires qui nous permettent d’agir concrètement, dans le cadre de nos émissions. Nous le faisons régulièrement avec le WWF, la Fondation pour la nature et l’homme de Nicolas Hulot, avec le 1% pour la planète. Dans le cadre de programmations plus ponctuelles, comme celle de la Journée Internationale pour les Forêts, nous avons à cœur de trouver un partenaire avec lequel nous partageons des valeurs, pour mettre en avant ce que chacun fait.

En quoi la mission d’EcoTree vous a-t-elle touchés ?

C.S. : Ce qui nous a plu, c’est d’abord qu’il s’agit d’une initiative française, et qu’elle a été mise sur pied par un groupe de quatre amis en 2014, de retour d’un voyage au Danemark qui leur a donné envie d’être actif en France. Nous partageons aussi cette volonté de faire participer le plus grand nombre à des actions positives en faveur de la nature, à contre-courant du discours moralisateur et anxiogène. Effrayer et culpabiliser les gens est contre-productif et ce n’est pas comme cela que nous les ferons agir. 
Par ailleurs, EcoTree s’occupe des forêts en France, c’est ce qui nous a touchés. Beaucoup d’associations ou d’organismes s’occupent de la reforestation à l’autre bout du monde, et il en faut, mais nous avons tendance à nous oublier nous-mêmes. Aussi, une initiative locale telle que la vôtre est primordiale. Il nous revient tout de même de montrer que, hors de tout chauvinisme, la France est le plus beau pays du monde ! 
Il y a vraiment des choses à faire chez nous, et la proximité, l’engagement qui sont les valeurs que vous promouvez sont aussi les nôtres. 
Chez EcoTree, vous plantez et entretenez des forêts sur notre territoire et il n’est pas difficile de suivre ce qui est fait et de s’en rendre compte par soi-même. Cette transparence est bienvenue. 

Qu'en est-il de votre programmation pour la Journée Internationale des forêts ?

C.S. : Nous avons prévu plus d’une dizaine d’heures de films et magazines documentaires autour des forêts. Cela a commencé samedi 13 mars par la diffusion d’un film documentaire sur le botaniste Francis Hallé. C’était vraiment bien de commencer avec lui, que nous suivons depuis longtemps et qui est tout à fait passionnant. Nous allons diffuser jeudi 18 mars le film Le temps des forêts de François-Xavier Drouet, qui s’est intéressé à la sylviculture industrielle et à ses alternatives possibles. Puis, ce sera Le temps des arbres de Marie-France Barrier, samedi 20 mars, dans lequel la réalisatrice donne la parole aux forestiers, aux éleveurs, aux vignerons, aux médecins, aux citoyens, pour placer l’arbre au cœur de la vie. Enfin viendra une très belle série qui va nous occuper tous les samedis soirs, qui s’appelle A la reconquête des forêts, qui nous emmène voyager, de la Guyane au Congo, en passant par les Landes et la Tasmanie. 

Toute l'année, vous avez une émission régulière animée par Fanny Agostini ?

C.S. : Oui, c’est un magazine que nous avons lancé l’an dernier, pour les quinze ans de la chaîne. Notre idée était de proposer quelque chose qui casse un peu les codes. C’est un magazine mensuel de 52 minutes dans lequel Fanny accueille dans un gîte en Auvergne une personnalité tels Nicolas Hulot, SAS le Prince Albert II de Monaco, Mike Horn, Thierry Marx, Cyril Dion, et bientôt Jean-Louis Etienne, mis en situation inédite et réalisant des activités. L’objectif est de sortir des grands discours pour rentrer dans le concret. 
Ce qui est génial, c’est que Fanny est vraiment la personnalité du PAF dont la vie concorde avec les idées. Elle vit là-bas avec sa famille et met en avant son terroir sans être dans une forme d’écologie punitive. Elle est à la fois atypique et constructive. Elle n’hésite pas à dire qu’elle mange de la viande, mais qu’elle fait attention à la viande qu’elle mange. Elle prône une économie locale et motivante. 
Depuis le mois de janvier, elle présente “Génération Ushuaïa” tous les samedis matins sur TF1 où elle met en avant le meilleur des productions documentaires et magazines de la chaîne Ushuaïa TV. C’est une très belle vitrine pour notre chaîne, qui nous permet de toucher de plus en plus de gens.

Quel est le nombre de téléspectateurs de la chaîne Ushuaïa TV ?

C.S. : Nous comptons 3,6 millions de téléspectateurs mensuels. Les derniers chiffres des audiences sont très bons. Au cours des six derniers mois, notre audience a progressé de 9%. Sur une année, notre audience sur la tranche d’âge 15-34 ans a été en hausse de 48%, ce qui est formidable, car nous sommes très heureux de toucher la jeune génération avec les sujets écologiques que nous diffusons. 

Pensez-vous que la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid et les confinements aient joué sur ces chiffres ?

C.S. : Oui, la pandémie a joué, parce que les gens sont davantage restés devant leur télévision lors du premier confinement. Mais toujours aujourd’hui, le public a besoin de voir de belles choses, de s’évader et de prendre conscience que de belles initiatives sont mises en place. Qu’il existe des raisons d’espérer et surtout d’agir. Nous avons un rôle de service public avec cette chaîne. Jeune ou moins jeune, on ne peut plus rester insensible et les bras croisés face à ce qui nous arrive. Ushuaïa TV peut donner des clés pour un engagement, chacun à sa hauteur et selon ses compétences. 

Quelle serait l’émission sur les forêts que vous conseilleriez de regarder en priorité à notre “CommunauTree” ?

C.S. : Le temps des forêts, qui a conquis la presse lors de sa sortie en salles. Sa première diffusion est prévue ce jeudi 18 mars à 20h45, et il sera ensuite disponible en replay pendant 30 jours pour les abonnés de la chaîne.