26 juin 2019

L’exploitation sélective de la forêt amazonienne remise en question

Il convient de dire que l'exploitation sélective de la forêt amazonienne n'est pas une bonne idée et qu'il vaudrait mieux ne pas l'exploiter du tout.

Pierre-François Dumont Saint Priest
Pierre-François Dumont Saint PriestDirecteur Général Délégué
L’exploitation sélective de la forêt amazonienne remise en question

Selon une étude menée par l’Observatoire des forêts tropicales aménagées (TmFO), publiée le 13 juin dans la revue Environmental Research Letters, « l’exploitation sélective ne permettra pas de fournir suffisamment de bois pour satisfaire la demande régionale sur le long terme. » C’est une chose compliquée, sans doute, mais ne serait-il pas plus sage de cesser de vouloir exploiter la forêt d’Amazonie ?

Exploiter écologiquement la forêt amazonienne est quasiment impossible

Il y a quelques mois, nous alertions sur ce fait : il est très difficilement imaginable d’exploiter la forêt amazonienne dans une perspective écologique. Les cycles de coupe des arbres d’Amazonie, sur trente ans, sont trop courts et inadaptés à ce genre de forêt. Les arbres les plus intéressants n’y retrouvent pas leur place. C’était le constat dressé par les journalistes de Reporterre. Plus prudent, le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) s’interroge, et apporte finalement de l’eau à ce moulin.

Les pratiques d'exploitation forestières actuelles ne sont pas durables en Amazonie

Bruno Hérault, expert des forêts tropicales au Cirad, l’explique : les législations nationales ne suffisent pas à garantir la pérennité et le renouvellement des stocks de bois exploitables. Ce, en dépit des lois qui ont été votées pour préserver la repousse des forêts et éviter l’épuisement des réserves de bois. Parmi les neufs pays concernés par l’exploitation de la forêt amazonienne (Brésil, Equateur, Venezuela, Suriname, Pérou, Colombie, Bolivie, Guyana, France), nombreux sont ceux qui ont pris des mesures pour imposer un délai minimum entre deux coupes. Mais, nous informe l’expert, « les pratiques actuelles ne sont pas durables. »

En Amazonie, aucun scénario d'exploitation forestière n’est envisageable

L’équipe de recherche ayant imaginé et modélisé cinq scénarios différents, pour étudier l’intensité d’exploitation et la durée des cycles de coupe possibles, en arrive à cette conclusion : « Les résultats montrent qu’avec les cycles de coupe et d’exploitation actuels, la capacité de régénération de la forêt n’est pas suffisante pour reconstituer les stocks de bois d’œuvre exploités. Or, les scénarios les moins intenses (faible intensité d’exploitation et longs cycles de coupe) ne permettent pas de produire suffisamment de bois tandis que les plus intenses ne sont pas envisageables car ils ne permettent pas de reconstituer le volume de bois suffisant durant un cycle de coupe. »

Mieux vaut planter des arbres que les exploiter

Il faut considérer que le changement climatique aura une influence néfaste sur la forêt amazonienne. La région devrait être plus chaude et plus sèche, ce qui entraînera davantage d’incendies et de sécheresses et une surmortalité des arbres, « notamment pour les espèces de grande taille - les plus intéressantes pour l’exploitation – qui sont plus sensibles à la sécheresse. »

 La question n’est donc plus de savoir si les normes édictées seront respectées, car même si c’est le cas, les réserves de bois de production diminueront. Aussi, la seule bonne solution semble être d’exploiter des forêts plantées, afin de conserver durablement les forêts existantes. L’exploitation des forêts amazoniennes ne peut décidément pas se faire sur le modèle que nous appliquons dans nos régions tempérées.

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Quelques secondes suffisent pour s'inscrire à notre newsletter. Vous recevrez régulièrement des nouvelles de nos actions sur le terrain, des connaissances sur la forêt et sa biodiversité mais aussi des offres exclusives rien que pour vous !
En savoir plus Réduire
ecotree newsletter

Apprenez-en plus sur la forêt, la biodiversité et les enjeux de leur préservation

BlogQuelle est la différence entre la grenouille et le crapaud ?Suzanne Sinniger4 mars 2024
BlogL'Atelier ATHEM est engagé dans une démarche RSE et de séquestration carbone avec EcoTreeMatthieu Napoli21 févr. 2024
BlogFocus sur les Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et FloristiqueLéa Toulet12 févr. 2024

Notre sélection d'arbres

Notre raison d’être : permettre à tous de faire un geste qui bénéficie à la nature et nous aide à vivre dans un monde plus harmonieux. Alors, vous aussi devenez propriétaire d'arbres en forêt française et contribuez à lutter contre le dérèglement climatique.

4260Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/816a54b1590715cfc2bbdc9e313dd1aebf2275cc.jpegSéquoiaFutaie irrégulière Forêt de Berné 2 56https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-berne-2https://ecotree.green/offres/56-morbihan/foret-de-berne-2/sequoia/4260
flag
Réservé aux abonnés
Séquoia 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Berné 2
Morbihan, Bretagne
Exclusivité abonné(e)s
4158Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/f8a6877b2887051a0576fcfcac134244c2810f73.jpegThuyaFutaie irrégulière Forêt de Gourin 56https://ecotree.green/offres/foret/gourinhttps://ecotree.green/offres/56-morbihan/gourin/thuya/4158
Thuya 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Gourin
Morbihan, Bretagne
4043Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/05/26e4d3c7df5f6180e098a7ecf8de3c7ee5d83283.jpgDouglasFutaie irrégulière Forêt de Launay Guen 22https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-launay-guenhttps://ecotree.green/offres/22-cotes-d-armor/foret-de-launay-guen/douglas/4043
Douglas 18 €
Âge : 45 à 50 ans
Forêt de Launay Guen
Côtes-d'Armor, Bretagne

Communication à caractère promotionnel. Cet investissement comporte des risques. Reportez-vous à l'article 18 des CGV et à la note d’information.

Voir nos arbres