10 juin 2019

Forêts de France : contenons l’ensauvagement !

Attention, toutes les forêts n’ont pas les mêmes fonctions, et laisser le territoire se réensauvager ne nous promet par que de belles choses !

Vianney de la Brosse
Vianney de la BrosseGestionnaire Forestier
Forêts de France : contenons l’ensauvagement !

Que les forêts poussent, tant mieux ! Nous sommes les premiers à nous en réjouir. Mais attention, toutes les forêts n’ont pas les mêmes fonctions, et laisser le territoire se réensauvager ne nous promet par que de belles choses. Et si nous favorisions les plantations ?

La surface forestière ne fait que s'étendre en France

La surface de la forêt française a doublé depuis le milieu du XIXe siècle, qui s’en plaindrait ? Il fut un temps où les bois étaient maltraités et surexploités. C’était le plein essor industriel. Aujourd’hui, nous sommes dans une tendance inverse, la forêt française est sous-exploitée, et cela n’est pas sans poser bien des problèmes.

Le reboisement naturel est en plein essor

Le reboisement naturel de la France ne cesse de croître et, contrairement à certaines idées reçues, ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. Aujourd’hui, la forêt française couvre 16,9 millions d’hectares contre 14,1 en 1985. Près d’un tiers du pays est couvert de forêts. Et il s’agit bien davantage d’un manque de gestion que d’un plan concerté. Gare à ne pas nous laisser déborder ! Car si le reboisement naturel s’étend chaque année un peu plus, il est en premier lieu dû au morcellement des parcelles au cours des héritages. Résultat, les parcelles forestières de quelques hectares sont légion, et peu entretenues. Beaucoup d’héritiers ne savent même pas qu’ils possèdent des bois.

L’exode rural est la deuxième explication du reboisement naturel. En vingt ans, le nombre d’agriculteurs a été divisé par deux, aussi les terres les moins facilement exploitables ont-elles été laissées à l’abandon. Les arbres s’en sont emparés. C’est le cas dans un grand quart sud-est de la France où d’immenses étendues boisées brûlent tous les étés. Ce n’est pas vraiment le destin que l’on souhaite à une forêt.

Enfin, la suppression du Fonds national forestier (FFN) en 2000 « a stoppé l’élan du renouvellement forestier », comme l’explique David Caillouel, président du Syndicat des exploitants de la filière bois (SEFB), dans le Figaro.

Les plantations d'arbres en baisse

Le président de Fransylva, Antoine d’Amécourt, estime, lui, que depuis 2000 « le nombre de plants forestiers a été divisé par cinq toutes essences confondues, alors que les besoins en bois de toute nature n’ont jamais été aussi importants ». Chaque année, nous plantons ainsi sept fois moins d’arbres qu’en Allemagne ou en Suède. Or, une forêt jeune et entretenue absorbe plus de CO2 qu’une forêt vieillissante qui est laissée à l’abandon.

Dans une forêt sauvage, certaines espèces se développent au détriment des autres et les risques d’incendies sont bien plus élevés. C’est ainsi que dans le Var (département le plus densément boisé de France), on en vient à mettre en place des pare-feu pour éviter la propagation des incendies. L’ONF a donc mis en place un programme de recensement national des parcelles abandonnées, l’idée étant de convaincre les propriétaires qu’ils doivent entretenir leurs bois, conformément au Code forestier ; ou les céder aux communes.

Nous nous en réjouissons, car, au risque de nous répéter, la sylviculture est une bonne chose pour les hommes et pour l’environnement. Non seulement, cela crée des emplois pérennes et qui ont du sens, mais cela favorise également le développement de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique. L’objectif n’est pas d’avoir le plus de forêts possibles, mais qu’elles soient gérées au mieux.

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Quelques secondes suffisent pour s'inscrire à notre newsletter. Vous recevrez régulièrement des nouvelles de nos actions sur le terrain, des connaissances sur la forêt et sa biodiversité mais aussi des offres exclusives rien que pour vous !
En savoir plus Réduire
ecotree newsletter

Apprenez-en plus sur la forêt, la biodiversité et les enjeux de leur préservation

Blog10 actions pour réduire votre empreinte écologiqueLéa Toulet4 juil. 2024
BlogTech-based vs nature-based solutions : quand la Technique veut dominer la natureErwan Le Méné1 juil. 2024
BlogComment et pourquoi préserver les bactéries dans les sols ?Pierre-François Dumont Saint Priest20 juin 2024

Notre sélection d'arbres

Notre raison d’être : permettre à tous de faire un geste qui bénéficie à la nature et nous aide à vivre dans un monde plus harmonieux. Alors, vous aussi devenez propriétaire d'arbres en forêt française et contribuez à lutter contre le dérèglement climatique.

5384Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/f8a6877b2887051a0576fcfcac134244c2810f73.jpegThuyaThuya - Forêt de Ploërdut 5 (56) Forêt de Ploërdut 5 56https://ecotree.green/offres/foret/ploerdut-5https://ecotree.green/offres/56-morbihan/ploerdut-5/thuya/5384
Thuya 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Ploërdut 5
Morbihan, Bretagne
5372Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/04/77cfdea734cb4577a3619de6e6ba0db2e9e4a364.jpgAlisier torminalAlisier torminal - Forêt de Lacelle (19) Forêt de Lacelle 19https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-lacellehttps://ecotree.green/offres/19-correze/foret-de-lacelle/alisier-torminal/5372
flag
Réservé aux abonnés
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Lacelle
Corrèze, Nouvelle-Aquitaine
Exclusivité abonné(e)s
5349Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/5a4b02c451eca6d9634141f1548976d4bac06cfa.jpegMélèzeMélèze - Forêt de Lacelle (19) Forêt de Lacelle 19https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-lacellehttps://ecotree.green/offres/19-correze/foret-de-lacelle/meleze/5349
Mélèze 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Lacelle
Corrèze, Nouvelle-Aquitaine

Communication à caractère promotionnel. Cet investissement comporte des risques. Reportez-vous à l'article 18 des CGV et à la note d’information.

Voir nos arbres