Dans les forêts, protégez-vous des tiques !

Dans les forêts, protégez-vous des tiques !

Contrairement aux idées reçues, les tiques ne se cachent pas dans les arbres pour nous sauter dessus et nous piquer, en revanche elles sont bien porteuses de la maladie de Lyme dont il convient de se prémunir. Quelle est cette petite bête qui nous fait si peur et comment éviter d’être infecté par la borréliose de Lyme ? Nous vous disons tout.

Les tiques ne tombent pas des arbres

Il peut arriver, certes, que les tiques tombent des arbres, mais ce n’est pas une loi, et cela arriverait plutôt par hasard que comme un fait exprès. Les tiques ont plutôt tendance à se cacher dans les herbes hautes en attendant leurs proies. C’est pourquoi on peut les trouver dans les forêts et les sous-bois, mais aussi dans les jardins et les parcs urbains. Incapables de sauter, les tiques adultes escaladent à moins d’un mètre de hauteur du sol, et à moins de 50 cm pour les nymphes. Quant aux larves, elles restent au sol, à quelques quinze centimètres de hauteur maximum, pour ainsi dire dans la litière où leurs mères se sont cachées pendant toute la période hivernale. 
Cela n’empêche pas qu’il faille se protéger lorsqu’on va se balader en forêt, du début du printemps au début de l’été, surtout, puis de l’automne à l’hiver. Car les tiques aiment l’humidité et la douce chaleur. Le froid, comme la chaleur sèche les immobilisent, c’est pourquoi on rencontre en France davantage de tiques dans l’Est et le Limousin que dans le Sud ou le Nord. 


Qu’est-ce qu’une tique ?

La tique est un arachnide acarien appartenant au genre Ixodes. Cet ectoparasite de vertébrés est hématophage, il se nourrit du sang des vertébrés même à sang froid tels que les lézards, les tortues ou les serpents. Autant dire que la tique est opportuniste et pique à peu près tout ce qu’elle peut, pourvu que la bête, ou l’homme, passe à portée de rostre. Car l’homme n’est qu’un dégât collatéral, non pas une cible de choix. C’est le gros gibier, principalement les cervidés qui sont les hôtes favoris de la petite bête immonde. Les oiseaux les transportent malgré eux d’une région l’autre, disséminant ainsi l’acarien et les maladies qu’il transporte, mais les grands vainqueurs sont les cerfs dont on dit qu’ils peuvent nourrir un million de tiques par an. C’est pourquoi il est indispensable de réguler le grand gibier et de le tenir éloigné de nos habitations, de même qu’il est essentiel de surveiller ses animaux domestiques, les chiens notamment,qui transportent souvent des tiques malgré eux. On a recensé environ 300 hôtes de tiques, or ces parasites transportent nombre de maladies.


Prévenir la maladie de Lyme

On ne ferait pas tout un fromage d’une piqûre de petit acarien si cet ectoparasite hématophage ne nous échangeait pas quelques gouttes de sang goulument aspirées contre certaines bactéries dont Borrelia burgdorferi sensu lato, responsable de la maladie de Lyme est sans doute la plus grave, quoique la méningo-encéphalite verno-estivale ne fasse pas rêver non plus. 
Dans le cas de la première, il faut savoir que ce sont essentiellement les tiques adultes femelles et les nymphes femelles qui la transmettent, et que l’on peut reconnaître pour ce qu’elles sont de couleur plus claire. Néanmoins, on a beau reconnaître une tique, il est souvent trop tard, d’autant que les nymphes et les larves sont de taille si minuscule qu’on ne peut quasiment pas les déceler. 
Il convient donc de se protéger lorsque l’on se rend dans une forêt au printemps et en automne, particulièrement. Privilégiez les vêtements longs qui protègent les bras et les jambes, et tâchez de rentrer votre pantalon dans les chaussettes, quitte à avoir l’air de n’être pas à la toute dernière mode. Cela vaut mieux que d’attraper une maladie qui, mal diagnostiquée et prise en charge trop tard, peut s’attaquer à vos muscles, votre coeur, vos articulations et votre cerveau. Il existe encore quelques répulsifs pour éviter de servir de paroi d’escalade aux tiques, mais le meilleur moyen de les éviter est de couvrir sa peau, et particulièrement sa tête, car il est très difficile de détecter une tique cachée sous les cheveux, or cette petite bête aime particulièrement se nicher dans le cuir chevelu.


Que faire en cas de piqûre de tique ?

Après une promenade dans une forêt ou un lieu naturel où se trouvent des herbes hautes et un tant soit peu d’humidité, il faut inspecter sa peau, notamment aux pliures (aisselles, aines, cou), là où la chair est tendre, chaude et humide et où elles aiment particulièrement se fixer. Si l’on en trouve une, il faut retirer la tique le plus vite possible, car la bactérie Borrelia burgdorferi se transmet en 12 à 24 heures. Pour cela, privilégiez un tire tique et n’essayez pas d’endormir la tique avec de l’éther ou un autre produit, c’est tout à fait inefficace et contre-productif. Il a été démontré que cela stressait la tique et pouvait lui faire régurgiter de la salive, laquelle a toutes les chances de vous infecter, si la tique l’est elle-même. Si vous n’avez pas ce petit outil qui permet de dévisser la tique et que l’on trouve dans toutes les pharmacies, vous pouvez enlever la tique avec vos doigts, quitte à laisser son rostre dans votre peau, cela ne transmet pas de maladie, contrairement à une autre idée reçue. Le petit appendice se desséchera et tombera tout seul après quelques jours.

Un plan national de lutte contre la maladie de Lyme

Bien que seules 10 à 20% des tiques soient elles-même infectées par la bactérie responsable de la maladie de Lyme, lutter contre ce parasite est devenu un enjeu de santé publique en France, mais pas uniquement. Aux Etats-Unis, par exemple, le développement très rapide de la maladie de Lyme depuis quelques années, approche le pays d’une catastrophe sanitaire. 
En France, c’est Marisol Touraine, alors ministre des Affaires sociales et de la Santé, qui a lancé le Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques, en 2016. Ce plan a pour but de renforcer la surveillance et la prévention autour des maladies transmissibles par les tiques, et d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des patients, en développant les connaissances et mobilisant la recherche.
L’année 2018, Santé publique France et le Réseau Sentinelles, ont mis en valeur une augmentation significative du nombre de nouveaux cas de maladie de Lyme diagnostiqués en France entre 2017 et 2018 (104 cas pour 100.000 habitants contre 69 pour 100.000 en 2017).
Les symptômes de la maladie de Lyme sont généralement l’apparition d’un érythème migrant dans les six semaines après la morsure de la tique. Si vous décelez une telle plaque rouge et ronde qui se répand en cercle concentrique sur votre peau, n’attendez pas pour prendre rendez-vous chez votre médecin. Rapidement décelée, la maladie de Lyme peut être efficacement soignée par un traitement antibiotique.

Enfin, vous pouvez aider la recherche en contribuant au programme de recherche participative CiTIQUE. Pour cela, vous pouvez signaler la piqûre et envoyer votre tique à l’INRA de Champenoux qui l’analysera. Même si nous vous souhaitons d’éviter toute piqûre de tique.

Articles similaires
Journée mondiale de l’environnement : la biodiversité à l’honneur
Journée mondiale de l’environnement : la biodiversité à l’honneur

Vendredi 5 juin 2020, la Journée mondiale de l’environnement met la biodiversité à l’honneur. Cette journée, qui a été mise en place par l’Organisation des Nations Unies en 1972 met chaque année en avant un enjeu environnemental spécifique et important. En cette année si particulière, alors que nous sommes encore touchés par la pandémie de Covid-19, l’ONU nous appelle à “lutter contre la perte accélérée d’espèces et la...

Lire la suite

Pour réduire son impact carbone, Société Générale plante des arbres avec EcoTree
Pour réduire son impact carbone, Société Générale plante des arbres avec EcoTree

Soucieuse de l’impact carbone de ses activités, la direction financière de Société Générale a choisi d’inciter ses fournisseurs à lui envoyer des factures dématérialisées. Chaque fois qu’un fournisseur accepte d’abandonner la facturation papier, Société Générale plante un arbre à son nom dans une forêt d’EcoTree. Un véritable succès, que nous racontent Solenn Le Goff, responsable RSE pour la direction financière, et Cristina...

Lire la suite

Portrait de Kévin Vallet, développeur d’EcoTree
Portrait de Kévin Vallet, développeur d’EcoTree

Autodidacte, Kévin est passé du commerce au code informatique en quelques mois, avant d’atterrir chez EcoTree. Ce passionné de nature a découvert avec joie l’ambiance d’une jeune startup et une entreprise où le respect humain est la première règle. Il vient de fêter son premier anniversaire chez EcoTree et la rentrée à la crèche de sa première fille.

Lire la suite

Rapport de la Cour des Comptes sur la filière forêt-bois : doit mieux faire
Rapport de la Cour des Comptes sur la filière forêt-bois : doit mieux faire

Un récent rapport de la Cour des Comptes sur les performances économiques et environnementales de la structuration de la filière forêt-bois met en lumière son importance et sa situation difficile. Alors que la forêt joue un rôle central dans l’économie française, mais aussi dans la lutte contre le réchauffement climatique, la culture, l’environnement et les loisirs, la filière forêt-bois est en crise depuis deux décennies...

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

reassurance.paiements_securises.titre

Paiements sécurisés
Stripe - SEPA

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

Avis Vérifiés
EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Gestion durable

Gestion durable
Toutes nos forêts sont gérées durablement, certifiées et assurées