14 janv. 2020

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Voici quelques conseils pour réduire notre impact carbone dans notre usage des appareils technologiques.

Benoît Moreau
Benoît MoreauResponsable Bretagne & Loire-Atlantique
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Voici donc quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse et plus respectueuse du monde qui nous est commun. Car, ne l’oublions pas : si nous pouvons nous permettre de consommer tant d’énergie, c’est que d’autres ne peuvent pas se le permettre. Sans quoi, il faudrait au moins trois planètes Terre pour tous nous rassasier.

Comment connaître son impact carbone ?

Pour connaître votre impact carbone et la manière de le réduire au quotidien, nous avons développé des calculateurs carbone dont l'objectif est de voir sur quels points particuliers chacun de nous peut s'efforcer de réduire son empreinte quotidienne. Vous aurez ainsi un portrait global de ce que vous consommez et des points sur lesquels il vous est possible d’agir pour réduire votre impact carbone. Voici, par ailleurs quelques conseils d'ordre général qui peuvent s'appliquer à tous.

Prenons garde à notre utilisation d’appareils technologiques

L’empreinte carbone du numérique est un sujet sensible, mais qu’il nous faut aussi évoquer, car sa part de responsabilité dans les émissions de gaz à effet de serre (GES) n’est pas négligeable. On estime ainsi que le secteur du numérique serait responsable de près de 3% des émissions mondiales de GES.

Envoyer un mail avec une pièce jointe produit environ 50g de CO2, ce qui équivaut à laisser une ampoule allumée pendant 24h. Sachons donc raisonner notre utilisation des moyens de communication numérique.

Evitons de changer de smartphone trop souvent

La conception des smartphones est très gourmande en matières premières et en énergie. La construction de certains smartphones demande ainsi plus d’énergie que celle d’une automobile. Sur les 60 métaux différents utilisés pour la fabrication d’un smartphone, seulement 20 sont recyclables. La conception d'une puce électronique de 2g nécessite 32 kilos de matière première.

Il existe un site internet que l’on peut consulter avant d’acheter un smartphone : il note chacun des appareils en fonction de sa réparabilité, nous évitant ainsi de faire le jeu de l’obsolescence programmée.

Eteignons nos box internet

Gardons à l’esprit qu’aucune action demandant une production d’énergie n’est neutre. Autre point auquel nous devons donc faire attention : nos box internet. Laissées allumées en permanence, alors que nous ne les utilisons que quelques heures par jour, leur consommation totale d’électricité correspond à la production de deux à trois réacteurs nucléaires.

Pensons à les débrancher ou les éteindre quand nous ne les utilisons pas, ce qui, en plus, réduit la quantité d’ondes qui nous traversent.

La fibre plutôt que l’ADSL 

D’un côté, on pourrait se réjouir du développement de la fibre optique qui ne consomme que 0,5 Watt par ligne contre 1,8 Watt pour l'ADSL et 2,1 Watt pour le RTC (Réseau Téléphonique Commuté), une consommation qui ne varie pas en fonction de l'usage que nous en avons.

D’un autre côté, le développement de nouvelles technologies, permettant un usage plus rapide et plus fiable, incite à une consommation de données accrue. C’est ce qu’on appelle l’effet rebond. La 5G, en permettant un accès facilité aux données en stimulera la demande. En outre, cette nouvelle technologie va provoquer un renouvellement du parc des terminaux. Les abonnés de la 5G auront besoin de nouveaux appareils qui soient compatibles avec cette technologie. Avant tout nouvel achat, demandons-nous si nous en avons un réel besoin.

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Recevez par email toute l'actualité de la forêt

Quelques secondes suffisent pour s'inscrire à notre newsletter. Vous recevrez régulièrement des nouvelles de nos actions sur le terrain, des connaissances sur la forêt et sa biodiversité mais aussi des offres exclusives rien que pour vous !
En savoir plus Réduire
ecotree newsletter

Apprenez-en plus sur la forêt, la biodiversité et les enjeux de leur préservation

BlogBois & Marines, des forêts à la merLyna Boussena22 mai 2024
BlogInvestir dans les EnRLyna Boussena16 mai 2024
BlogRestauration de tourbières à Dahner Felsenlandschaft, AllemagneJulia WIENBERG1 mai 2024

Notre sélection d'arbres

Notre raison d’être : permettre à tous de faire un geste qui bénéficie à la nature et nous aide à vivre dans un monde plus harmonieux. Alors, vous aussi devenez propriétaire d'arbres en forêt française et contribuez à lutter contre le dérèglement climatique.

5029Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/04/b8ec8531717785d6083deea60ccaa53b48002bc4.jpegChêne PubescentFutaie irrégulière Forêt de la Salle 88https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-la-sallehttps://ecotree.green/offres/88-vosges/foret-de-la-salle/chene-pubescent/5029
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de la Salle
Vosges, Grand Est
4989Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/04/40c8255881e873acc01b445fdbe86c90a6515c22.jpgÉrable à feuilles d'obierFutaie irrégulière Forêt de Montplonne 55https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-montplonnehttps://ecotree.green/offres/55-meuse/foret-de-montplonne/erable-a-feuilles-d-obier/4989
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Montplonne
Meuse, Grand Est
4978Arbre1820%FRhttps://bocdn.ecotree.green/essence/0001/03/6adf59880cea149d9b11aceb948ccbf1eea61e67.jpegPin laricioFutaie irrégulière Forêt de Montplonne 55https://ecotree.green/offres/foret/foret-de-montplonnehttps://ecotree.green/offres/55-meuse/foret-de-montplonne/pin-laricio/4978
Pin laricio 18 €
Âge : 0 à 2 ans
Forêt de Montplonne
Meuse, Grand Est

Communication à caractère promotionnel. Cet investissement comporte des risques. Reportez-vous à l'article 18 des CGV et à la note d’information.

Voir nos arbres