Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 6. Les appareils technologiques

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Voici donc quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse et plus respectueuse du monde qui nous est commun. Car, ne l’oublions pas : si nous pouvons nous permettre de consommer tant d’énergie, c’est que d’autres ne peuvent pas se le permettre. Sans quoi, il faudrait au moins trois planètes Terre pour tous nous rassasier.

Si vous souhaitez connaître votre impact carbone et la manière de le réduire au quotidien, vous pouvez essayer le calculateur d’empreinte écologique du WWF suisse. Vous aurez ainsi un portrait global de ce que vous consommez et des points sur lesquels il vous est possible d’agir pour réduire votre impact carbone. Ce calculateur reste toutefois très général et certaines solutions préconisées pour réduire son impact carbone sont discutables, ainsi du conseil de remplacer son véhicule thermique par un véhicule électrique. Outre le fait que changer de voiture n’est pas écologiquement neutre, la neutralité carbone des véhicules électriques est tout à fait discutable. En revanche, nous vous donnons d’autres conseils qui ont fait leurs preuves.

Prenons garde à notre utilisation d’appareils technologiques

L’empreinte carbone du numérique est un sujet sensible, mais qu’il nous faut aussi évoquer, car sa part de responsabilité dans les émissions de gaz à effet de serre (GES) n’est pas négligeable. On estime ainsi que le secteur du numérique serait responsable de près de 3% des émissions mondiales de GES.

Envoyer un mail avec une pièce jointe produit environ 50g de CO2, ce qui équivaut à laisser une ampoule allumée pendant 24h. Sachons donc raisonner notre utilisation des moyens de communication numérique.

Evitons de changer de smartphone trop souvent

La conception des smartphones est très gourmande en matières premières et en énergie. La construction de certains smartphones demande ainsi plus d’énergie que celle d’une automobile. Sur les 60 métaux différents utilisés pour la fabrication d’un smartphone, seulement 20 sont recyclables. La conception d'une puce électronique de 2g nécessite 32 kilos de matière première.

Il existe un site internet que l’on peut consulter avant d’acheter un smartphone : il note chacun des appareils en fonction de sa réparabilité, nous évitant ainsi de faire le jeu de l’obsolescence programmée.

Eteignons nos box internet

Gardons à l’esprit qu’aucune action demandant une production d’énergie n’est neutre. Autre point auquel nous devons donc faire attention : nos box internet. Laissées allumées en permanence, alors que nous ne les utilisons que quelques heures par jour, leur consommation totale d’électricité correspond à la production de deux à trois réacteurs nucléaires.

Pensons à les débrancher ou les éteindre quand nous ne les utilisons pas, ce qui, en plus, réduit la quantité d’ondes qui nous traversent.

La fibre plutôt que l’ADSL 

D’un côté, on pourrait se réjouir du développement de la fibre optique qui ne consomme que 0,5 Watt par ligne contre 1,8 Watt pour l'ADSL et 2,1 Watt pour le RTC (Réseau Téléphonique Commuté), une consommation qui ne varie pas en fonction de l'usage que nous en avons.

D’un autre côté, le développement de nouvelles technologies, permettant un usage plus rapide et plus fiable, incite à une consommation de données accrue. C’est ce qu’on appelle l’effet rebond. La 5G, en permettant un accès facilité aux données en stimulera la demande. En outre, cette nouvelle technologie va provoquer un renouvellement du parc des terminaux. Les abonnés de la 5G auront besoin de nouveaux appareils qui soient compatibles avec cette technologie. Avant tout nouvel achat, demandons-nous si nous en avons un réel besoin.

 

Articles similaires
Arbres paysans : quelles trognes !
Arbres paysans : quelles trognes !

On peut, comme George Sand, trouver que les arbres têtards ne sont pas les plus gracieux phénomènes qui soient, et qu’ils gâchent parfois le paysage. On [...]

Lire la suite

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 1. Le logement
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 1. Le logement

Il existe des moyens de compenser son impact carbone, comme planter des arbres, par exemple. Mais il existe aussi des moyens de limiter son impact carbone. [...]

Lire la suite

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 2. La nourriture
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 2. La nourriture

Nous devons aujourd'hui nous efforcer de limiter l'impact carbone de notre nourriture. Voici quelques conseils pour une consommation d’énergie plus vertueuse [...]

Lire la suite

Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 3 L’épargne
Conseils pratiques pour réduire son impact carbone : 3 L’épargne

Parmi les moyens de limiter son impact carbone, nous pouvons penser à notre argent qui dort. Oui, l'épargne pollue. Nous vous expliquons pourquoi.

Lire la suite

choisir la confiance

Garanties d'EcoTree

Conformité financière

Nous sommes enregistrés auprès de l'autorité des marché financiers (AMF).

Un impact écologique vérifié

Nos calculs de capture du carbone sont officiellement vérifiés.

100% durable

Nos forêts sont assurées, certifiées et gérées durablement.