Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Arbres paysans : quelles trognes !

Arbres paysans : quelles trognes !

On peut, comme George Sand, trouver que les arbres têtards ne sont pas les plus gracieux phénomènes qui soient, et qu’ils gâchent parfois le paysage. On peut à l’inverse, être charmé par leurs gueules cassées et leurs silhouettes massives, aussi surprenantes que sortant tout droit de l’imagination de Tolkien. Quoi qu’il en soit, cette taille radicale qui transforme certains spécimens en têtards ou trognes est à peu près vieille comme le monde, quoique peu à peu abandonnée, et a eu de très importantes fonctions sociales, économiques et écologiques.

Quand on évoque l’arbre têtard ou la trogne, l’émousse, la truisse, la ragosse, la tronche, la chapoule, le têteau, le hautain, l’arbre à fagots (ou quel que soit l’un des plus de 200 noms qu’on lui donne en France), on pense à ces marronniers ou ces platanes réduits à l’état de tronc chaque hiver. Ne nous vient pas toujours à l’esprit l’image du très vénérable Major Oak de la forêt de Sherwood en Angleterre qui aurait bien pu servir de repaire à Robin des Bois puisqu’il est âgé de près d’un millénaire, pesant 23 tonnes pour une circonférence de 10 mètres, et présentant des caractéristiques physiques tout à fait particulières, pour ce qu’il aurait subi un élagage régulier pendant des siècles.

On ne songe pas non plus tout naturellement au cep de vigne, qui est peut-être la plus ancienne forme de trogne que l’on puisse rencontrer, et sans aucun doute l’une de celles que l’on renierait le moins, de même que les oliviers sont des arbres trognes par excellence, qui eux aussi prouvent jusqu’à quelle richesse mènent le génie humain allié à celui de la nature.

De quelle imagination tordue sont-ils le fruit ?

De telles trognes sont-elles le fruit d’une imagination capricieuse, de fantasmes délirants d’ancêtres antiques, de rituels païens ou plus simplement de nécessités économiques ? Certains prétendent que les arbres têtards sont apparus au Moyen Age, alors que le droit des paysans à abattre les arbres appartenant à leurs seigneurs était très réduit, et qu’ils n’étaient autorisés qu’à prendre les branches, pour en faire du bois de chauffage, du fourrage ou encore la matière première de certains objets du quotidien. Il semble toutefois que cette technique de maîtrise des arbres soit beaucoup plus ancienne et il ne paraît pas du tout fantasmatique que les hommes préhistoriques l’eussent déjà maîtrisée. Un vestige de chêne têtard a ainsi été retrouvé dans les vases de la rivière de Trent en Angleterre, que la datation au carbone 14 fait remonter à 3400 ans avant notre ère. Pourquoi cette technique si répandue géographiquement ne l’aurait-elle pas été dans le temps, surtout à certaines époques de l’Antiquité où les forêts étaient beaucoup moins présentes en Europe ?

Les trois fonctions de ces trognes

Outre la fonction économique que nous avons brièvement évoquée, qui a permis au cours des siècles aux paysans, à qui les forêts n’appartenaient pas, de récolter le bois qui leur était utile à toute sorte de choses de la vie courante, les têtards ont une incomparable fonction écologique. De par le traitement un rien brutal qui leur est infligé, en coupant les branches à la base du tronc tous les un à quinze ans selon les espèces, des bourrelets, des cavités, des anfractuosités se développent très souvent dans les troncs, accueillant une biodiversité d’une richesse étonnante. Longtemps, les paysans sont venus, dans le cœur des arbres creux, chercher un terreau particulier qui s’était formé à l’aide des milliers d’insectes, oiseaux et rongeurs qui l’ont habité et que l’on surnomme, en de certains endroits « le sang de la trogne ». Les alignements d’arbres têtards ont ainsi un rôle de corridor biologique, fonctionnant à l’instar des réseaux de haies bocagères, abritant une très riche biodiversité.

Ces arbres, on pourrait aussi leur reprocher de tirer la tronche, de n’être pas spécialement jolis, mais il faut bien se rappeler quel traitement ils subissent et combien ils témoignent de pratiques agro-pastorales ancestrales, qui trouvèrent à se développer largement au Moyen Age. Leur allure, leur trogne, leur port ont inspiré nombre d’artistes et de rêveurs, et l’on n’en croise pas un dans la campagne sans y prêter une attention particulière. Ils sont les marqueurs d’un temps qui nous dépasse ; ils sont témoins de pratiques peu à peu abandonnées mais qui pourraient connaître un nouvel essor, notamment via le courant actuel du néobocage.

Depuis 2002, un Centre européen des trognes a ouvert à Boursay, dans le Loir-et-Cher. C’est dire si on prend leurs tronches au sérieux.

Articles similaires
Votez pour élire l’arbre de l’année !
Votez pour élire l’arbre de l’année !

Cette année encore, chacun d’entre nous peut voter pour élire l’arbre de l’année. 14 arbres sont en lice, représentant chacun une région de France. Les votes sont ouverts jusqu’au 2 décembre 2019. L’arbre qui aura reçu le plus de voix recevra le Prix du Public 2019. Les jeux sont ouverts !

Lire la suite

Que fait notre gestionnaire forestier en automne ?
Que fait notre gestionnaire forestier en automne ?

Cet automne, vous souhaitez sans doute savoir ce qui se passe dans vos forêts ? Nous nous sommes entretenus avec notre gestionnaire forestier. Il nous a parlé de son travail, nous a confié ses espoirs et ses attentes

Lire la suite

L’école dans les bois : le concept danois arrive en France !
L’école dans les bois : le concept danois arrive en France !

La France a encore du retard en ce domaine, comparée à ses voisins nordiques ou transalpins, mais il n’est pas dit qu’elle ne le rattrapera pas. Çà et là, des projets fleurissent, de jardins d’enfants ou d’écoles dans les bois. Nous nous réjouissons de savoir nos bambins gambader dans les forêts plutôt que de rester enfermés dans des salles toute l’année ou d’être postés derrière des écrans !

Lire la suite

Focus sur l’aulne glutineux
Focus sur l’aulne glutineux

Aujourd’hui menacée, cette espèce a eu de très nombreux et divers usages au cours des siècles. Son bois réputé imputrescible porte notamment la moitié de la ville de Venise. L’aulne glutineux est très présent dans la flore indigène européenne. Il faut aujourd’hui en prendre soin.

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
Stripe - SEPA

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Gestion durable

Gestion durable
Toutes nos forêts sont gérées durablement, certifiées et assurées.