Focus sur le Chêne vert, essence d’arbre méditerranéenne

Très présent sur le pourtour méditerranéen, le Chêne vert est reconnaissable à son feuillage persistant proche de celui du houx et à ses petits glands bruns.

Lyna Boussena

Chargée de marketing
Focus sur le Chêne vert, essence d’arbre méditerranéenne

Parmi toutes les espèces de chênes, le Chêne vert est la plus commune dans les garrigues où elle côtoie le Chêne kermès ainsi que d’autres arbustes. Essence à feuilles persistantes, elle résiste bien à la chaleur et à la sécheresse et s'adapte à différents types de sols.

Caractéristiques biologiques du Chêne vert

Le Chêne vert est un arbre de belle stature de la famille des Fagacées, qui peut mesurer de 5 à 20 mètres de hauteur, suivant les conditions dans lesquelles il pousse et la richesse du sol. C’est une essence sempervirente, qui ne perd pas ses feuilles en hiver, lesquelles sont alternes, coriaces, petites et de forme variable : elles peuvent être entières, lâchement dentées ou épineuses. Elles ont un court pétiole, sont de couleur vert foncé (d’où le nom commun de cet arbre) et luisantes sur le dessus ; elles sont pubescentes et blanchâtres au-dessous, comptant plus de 5 paires de nervures. 
Le Chêne vert peut vivre entre 200 et 500 ans, sa croissance juvénile est faible et il rejette bien de souche. Il fleurit entre avril et mai et sa pollinisation est assurée par le vent. L’espèce est dispersée par les animaux. On la dit postpionnière, c’est-à-dire qu’étant photophile, elle a besoin de beaucoup de lumière et s’implante après les essences pionnières, dans les successions végétales. Ses fleurs sont unisexuées, les mâles très abondantes, en longs chatons pendants à la base des pousses de l'année, tandis que les femelles sont minuscules, rassemblées par 2 ou 3, terminales.
Son tronc est court et souvent tortueux, son houppier dense est arrondi.

Répartition géographique et origine du Chêne vert

Appelé yeuse notamment en Provence, Leccia en Corse, mais encore Éousé, Chêne à glands doux ou Chêne faux houx (en raison de ses feuilles qui ressemblent à celles du houx, bien qu’en réalité ce soit le Chêne vert qui ait donné son nom au houx), cette essence méditerranéenne pousse naturellement en Provence, dans le Languedoc-Roussillon et en Corse. On la trouve également disséminée dans le Sud-Ouest de la France et le long du littoral atlantique d’Arcachon à la Bretagne.
Cette espèce que l’on dit thermophile montre une bonne résistance au froid, si bien qu’on la trouve jusqu’à 1500 mètres d’altitude dans les étages méditerranéen et supraméditerranéen (sur les versants sud, les corniches, dans les stations sèches…). Elle est également xérophile, c’est-à-dire capable de bien résister à des conditions de sécheresse et adaptée à des stations dont le bilan hydrique est déficitaire. Le comportement du Chêne vert est héliophile, la lumière du soleil est son environnement favori. 
Il pousse en Méditerranée sur des humus variables et des sols calcaires ou siliceux, moins volontiers sur des marnes. Les sols rocheux et très caillouteux ne le gênent pas du tout. 
On appelle yeuseraie une formation végétale dominée par le Chêne vert. Cette essence pousse volontiers dans les garrigues et les bois clairs, ainsi que dans les chênaies méditerranéennes, notamment en compagnie des Chênes pubescents, une autre espèce typique du climat méditerranéen.

Propriétés et usages du Chêne vert

Quercus ilex produit des fruits qui sont des glands bruns de dimensions variables, d’une longueur d’un à trois centimètres, dont la cupule est un peu piquante, bien que l’on trouve aussi en France une sous-espèce ibérique très proche, à glands doux. 
Le gland du chêne vert a une bonne valeur fourragère, il est donc utilisé pour la nourriture des animaux. Son bois très dense, très dur et compact donne un très bon bois de chauffage ; on en fait également du charbon de bois de très bonne qualité. 
Bien qu’il prenne un poli comparable à celui du marbre, il est difficile à travailler. Il a longtemps été employé et l’est encore un peu pour la confection de manches et de parties d’outils, de semelles de sabots, de pavés, en ébénisterie, en marqueterie, pour la couleur rougeâtre de son duramen et son aspect poli.
Le bois du Chêne vert est encore utilisé en tournerie et placage. Il était jadis utilisé pour le charronnage, la charpente de second ordre, la fabrication de pièces de machines, de pièces de bateaux, de traverses de chemin de fer et de parquet. Le bois du Chêne vert est même l'un des meilleurs pour la marine, bien que ses faibles dimensions n'aient pas permis de l'utiliser pour autre chose que les petites unités ou les galères ou encore pour la fabrication des essieux et des poulies. Les grands et magnifiques chênes verts du littoral ont souvent été coupés pour les nécessités de la Marine. 
Avec le Chêne pubescent et le Chêne rouvre, il est l’une des principales essences de chêne utilisée pour la trufficulture.
Par ailleurs, si le feuillage persistant du Chêne vert est très inflammable toute l’année, son couvert dense permet aux peuplements fermés de limiter le développement du sous-étage et de la flore du sous-bois, réduisant ainsi, dans une certaine mesure, les risques d’incendie