Blog

Nouvelles de nos forêts, événements, vie de l'équipe EcoTree

Charpente de Notre-Dame : le bois est plébiscité

Charpente de Notre-Dame : le bois est plébiscité

La France n’attend plus que le “fiat” d’Emmanuel Macron pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris, et sa charpente en chêne. Car tout concourt à penser que c’est bien une charpente en bois qui sera reconstruite à l’identique, tant les arguments plaident en faveur de ce matériau noble.

Le général Georgelin lui-même, qui dirige l'Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame, se dit favorable à une reconstruction à l’identique de la charpente gothique de la cathédrale de Paris, explique Frédéric Lewino dans Le Point. Car c’est la solution la plus fiable, la moins onéreuse, et la plus rapide à mettre en oeuvre, afin que la cathédrale soit prête à rouvrir ses portes en 2024, comme l’a promis le président de la République. 

Le bois, un matériau très solide

Quels bâtiments modernes peuvent se targuer d’une telle longévité que celle de Notre-Dame de Paris ? Huit siècles debout, sans la moindre défaillance, cela laisse à réfléchir. Et si le bois était bien plus solide que le béton, le fer, le verre ou l’acier ? C’est ce dont est convaincu Bernard Thibaut, spécialiste de la biomécanique de l’arbre au CNRS.

Un chêne tenu à l’abri de l’humidité a une résistance quasi infinie et aucun insecte, aucun rongeur n’en viendra à bout. Parce que le bois, matériau souple et résistant, isolant et indestructible, est le fruit de millions d’années d’évolution. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une charpente en bois ne s’enflamme pas si facilement, tandis que le béton et l’acier s’écroulent d’un seul bloc. Compte-tenu de la férocité de l’incendie qui l’a ravagée, la cathédrale a très bien tenu le coup. 

Nous avons les arbres et le savoir-faire

D’arbres, nous ne manquons point en France. De chênes de bonne qualité, encore moins, dans le premier pays producteur de chênes en Europe. Quant à la cartographie de la charpente du XIIIe siècle, elle a été effectuée en 2014 et 2015 au millimètre près, si bien que nous disposons déjà d’un double numérique. Reste à trouver le bois, ce qui ne devrait pas poser de problème, puisque de nombreux propriétaires de chênes avaient offert leurs services au lendemain de l’incendie

C’est un peu plus d’un millier de chênes que la charpente médiévale avait exigés lors de la première construction de la charpente. Or, la forêt française compte presque six millions d’hectares de chênaie dont seulement une petite vingtaine sera mise à contribution. La quantité de bois nécessaire n’est donc pas un obstacle. La technique non plus, car nous avons aujourd’hui, en plus des techniques ancestrales toujours connues, des outils très performants permettant de scanner les grumes afin de s’assurer de leur parfait état interne et de leurs capacités de résistance. 

Les charpentiers au travail

Frédéric Epaud, spécialiste des charpentes médiévales au CNRS, tort, pour cette occasion, le cou à certaines idées reçues. Non seulement nous apprenons que les arbres coupés pour l’édification de la charpente étaient de petit diamètre pour la plupart, afin que le poids soit minimisé, mais donc que la construction des cathédrales n’a pas exigé de défrichement d’ampleur. Enfin, que le bois était utilisé immédiatement, et quasiment vert, sans qu’il fût besoin d’attendre des années qu’il sèche. 

Du reste, cela ne serait pas du tout un problème, car nous savons aujourd’hui faire sécher le bois de manière accélérée. Quoi qu’il en soit, il faudra imiter les maîtres charpentiers de l’époque, en former certainement de nouveaux et consolider les murs de la cathédrale. C’est ce qui devrait prendre le plus de temps, sachant qu’au XIIIe siècle, la construction de la charpente n’a demandé que 19 mois de travail à une petite vingtaine de charpentiers. 

Le bois, c’est l’avenir !

 

Articles similaires
Stratégie RSE : EcoTree répond à tous vos besoins
Stratégie RSE : EcoTree répond à tous vos besoins

La RSE concerne toute entreprise qui se voit un avenir à court et moyen terme. Les chiffres sont indiscutables, l’avenir passe par la RSE. Parce que la planète en a besoin et que les salariés réclament des entreprises responsables et un travail qui ait du sens. EcoTree apporte toutes les réponses que vous vous posez en matière de RSE.

Lire la suite

RSE : le greenwashing ne paie pas
RSE : le greenwashing ne paie pas

Si des entreprises pensaient que la communication serait suffisante, elles en seront pour leurs frais, car en matière de RSE, le greenwashing ne paie pas.

Lire la suite

Tout savoir sur le charme commun
Tout savoir sur le charme commun

Arbre de taille moyenne, aux feuilles d’un vert tendre, au tronc sculpté comme un Michel-Ange, le charme est très répandu dans nos forêts. Souvent confondu avec le hêtre qui n’est pourtant pas de la même famille, comment le reconnaître et quelles sont ses particularités ? On vous dit tout.

Lire la suite

Les entreprises cherchent des solutions RSE
Les entreprises cherchent des solutions RSE

Ce qui ressort de deux baromètres récemment publiés, c’est la conscience des entrepreneurs des enjeux de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Le cabinet de conseil Eurogroup Consulting publie son Baromètre des Grandes Entreprises annuel, tandis que June Partners et Viavoice publient un premier baromètre des PME et des ETI intitulé “Performance et transition”. Ils mettent notamment en avant la prise en compte...

Lire la suite

Services & Garanties EcoTree

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés
Stripe - SEPA

Service client

Service client
Satisfait ou remboursé
24h/24 & 7j/7

EcoTree & l'AMF

EcoTree & l'AMF
EcoTree est enregistré auprès de l’AMF sous le numéro D-18-01 en tant qu’intermédiaire en biens divers

Gestion durable

Gestion durable
Toutes nos forêts sont gérées durablement, certifiées et assurées.