La figure de « mère nature » dans la mythologie grecque

Des racines et des feuilles : Des arbres à travers la littérature

Vianney avec Vianney
EcoTree vous emmène à la découverte des arbres qui ont marqué la littérature et des auteurs qui ont su trouver les mots justes pour les mettre en valeur.
Hésiode
Alors que la fête des mères approche à grands pas, cette semaine nous avons décidé de nous pencher sur le concept de « mère nature ». Ce dernier voit le jour dans la mythologie grecque à travers la figure de la déesse Gaïa. L'extrait qui suit est tiré de La Théogonie d'Hésiode, poète et auteur fondateur et constitue une leçon d'écologie inspirante. Bonne écoute !

Et, d'abord, Gaïa enfanta son égal en grandeur, l'Ouranos étoilé, afin qu'il la couvrit tout entière et qu'il fût une demeure sûre pour les Dieux heureux. Et puis, elle enfante les hautes montagnes, fraîches retraites des divines Nymphes qui habitent les montagnes coupées de gorges, et puis la mer stérile qui bout furieuse, Pontos ; mais pour cela, ne s'étant point unie d'amour. Et puis, unie à Ouranos: elle enfante Océan aux tourbillons profonds, et Coéos, et Crios, et Hypérion, et Japet, et Théia, et Rhéa, et Thémis, et Mnémosyne, et Phoebé couronnée d'or, et l'aimable Téthys. Et le dernier qu'elle enfante fut le subtil Kronos, le plus terrible de ses enfants, qui prit en haine son père vigoureux. Et elle enfanta aussi les Cyclopes au cœur violent, Brontès, Stéropès et le courageux Argès, qui remirent à Zeus le tonnerre et forgèrent la foudre. Et en tout ils étaient semblables aux autres Dieux, mais ils avaient un œil unique au milieu du font. Et ils étaient nommés Cyclopes, parce que, sur leur front, s'ouvrait un œil unique et circulaire. Et la vigueur, la force et la puissance éclataient dans leurs travaux. Et puis, de Gaïa et d'Ouranos naquirent trois autres fils, grands, très-forts, horribles à nommer, Cottos, Briarée et Gygès, race superbe. Et cent bras se roidissaient de leurs épaules, et chacun d'eux avait cinquante têtes qui s'élevaient du dos, au-dessus de leurs membres robustes. Et leur force était immense, invincible, dans leur grande taille. De tous les enfants nés de Gaïa et d'Ouranos ils étaient les plus puissants. Et ils étaient odieux à leur père, dès l'origine. Et comme ils naissaient l'un après l'autre, il les ensevelissait, les privant de la lumière, dans les profondeurs de la terre. Et il se réjouissait de cette action mauvaise, et la grande Gaïa gémissait en elle-même, pleine de douleur. Puis, elle conçut un dessein mauvais et artificieux.
 

Hésiode, Théogonie: 126-154

 

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription au podcast est confirmée.

Novice ou expert de la forêt, chaque semaine apprenez-en plus sur les arbres et leur environnement grâce aux podcasts EcoTree. 

Qui est EcoTree ?