Le Chêne et le Roseau de Jean de la Fontaine

Des racines et des feuilles : Des arbres à travers la littérature

Vianney avec Vianney
EcoTree vous emmène à la découverte des arbres qui ont marqué la littérature et des auteurs qui ont su trouver les mots justes pour les mettre en valeur.
Jean de la Fontaine
Faut-il vraiment présenter Jean de la Fontaine ? Il est l’un des plus célèbres poètes français et nous connaissons tous au moins l’une des fables qu’il composa au XVIIe siècles et où la nature habite chaque vers. Dans son adresse au Dauphin, à qui son premier recueil de fables était dédié, on trouve le célèbre résumé de sa méthode :

« Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :

Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes.

Je me sers d’animaux pour instruire les hommes. »

D’animaux, certes, mais aussi d’arbres et de plantes ! Comme dans Le Chêne et le Roseau. Profitez du confinement pour (re)découvrir cette fable et toutes les autres. Et pourquoi ne pas, quand les rues seront à nouveau accessibles, partir en promenade au Père Lachaise, qui est aussi l’un des plus grands jardins de Paris, pour aller découvrir la tombe de La Fontaine (située juste à côté de celle d’un certain Molière …) ?

Le Chêne un jour dit au Roseau :
"Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
- Votre compassion, lui répondit l'Arbuste,
Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. "Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription au podcast est confirmée.

Novice ou expert de la forêt, chaque semaine apprenez-en plus sur les arbres et leur environnement grâce aux podcasts EcoTree. 

Qui est EcoTree ?