Le plancton est l’un des premiers puits de carbone au monde

Né de la rencontre entre le navigateur et skipper Eric Defert et le biologiste Pierre Mollo, le projet Iodysséus a pour mission d’observer et sauvegarder le plancton.


Head of Sales, Brittany
Le plancton est l’un des premiers puits de carbone au monde

Fondé en 2016 à Brest, Iodysséus est un projet né de la rencontre entre passionnés de la mer souhaitant préserver l’écosystème marin. Puisque les océans sont, avec les forêts, l’autre poumon de la Terre et que Iodysséus est un organisme à but non lucratif brestois, une rencontre devait avoir lieu entre eux et nous. EcoTree s’est donc entretenu avec Eric Defert, navigateur, skippeur et l’un des fondateurs de cette ONG marine.

Iodysseus, une aventure de passionnés au service de l’océan

C’est de la rencontre entre le navigateur et skipper Eric Defert, qui a à son actif plusieurs participations à de grandes courses comme la Route du rhum et la Solitaire du Figaro, et le biologiste Pierre Mollo qu’est née cette belle aventure marine. 
Iodysséus est un organisme à but non lucratif, et nous travaillons principalement sur le plancton, ce petit peuple de la mer, comme l’appelle affectueusement Pierre Mollo”, nous explique Eric Defert.
Concrètement, Iodysséus, c’est d’abord un bateau à voile capable d’emmener des scientifiques (Ifremer, CNRS) sur l’océan pour y effectuer des prélèvements et observer le plancton, afin de tâcher de comprendre pourquoi il se fait de plus en plus rare et quelle est son importance dans l’écosystème planétaire. 

Plancton : qu’est-ce que c’est et quel est son rôle ?

“Le plancton, poursuit le navigateur, est l’ensemble des espèces aquatiques ne pouvant pas se déplacer contre le courant. Ainsi, la plus petite bactérie est un plancton, et la plus grande des méduses est aussi un plancton ! Il est formé par deux catégories que sont les plantes et les animaux. Nous avons donc du phytoplancton et du zooplancton. Le phytoplancton a le même fonctionnement que les végétaux terrestres, aussi l’appelle-t-on souvent le deuxième poumon de la planète.
Le bloom est un de nos sujets d’étude. C’est un phénomène semblable au printemps terrestre, mais dans l’océan. Lorsque la température est assez élevée, la lumière suffisante et que l’apport en nutriments est bon, la chimie des végétaux opère. Mais, tout comme cela a été le cas sur terre et dans la forêt, la biodiversité des océans est en chute depuis 50 ans. C’est ainsi que les populations de phytoplancton ont chuté de 40% depuis 1950. Il nous incombe d’étudier et de comprendre la biodiversité planctonique pour la protéger.”

Le plancton capte du CO2 : comment cela se passe-t-il ?

“Une grande partie de ce que le plancton capte comme CO2 est fossilisé et tombe au fond de l’océan pour former des sédiments. On appelle ça la neige de la mer. Les falaises d’Etretat, par exemple, sont en calcaire : elles ont été formées par du plancton sédimenté il y a 100 millions d’années. Ainsi, le puits de CO2 océanique ne sera jamais brûlé dans une cheminée comme ce peut être le cas du bois. Le stockage de carbone qui est opéré par le phytoplancton est opéré pour des millions d’années !”

Bateau Iodysséus

 

Le plancton nourrit le ventre des océans

Une partie du plancton sert à nourrir poissons, baleines et, pour ainsi dire, l’essentiel des habitants sous-marins. Il représente 98% de la biomasse océanique. 
“A la manière des plantes et des arbres, le plancton produit de l’oxygène en conservant une partie du dioxyde de carbone qu’il absorbe par le processus de photosynthèse. Il est si important qu’il produit plus de 50% de l’oxygène planétaire. Le plancton est également la base de la chaîne alimentaire sous-marine. Mais il a encore une fonction climatique étonnante : du fait de sa taille microscopique, il contribue à la formation des nuages, en s’envolant par l’effet mécanique du vent ou par l’évaporation due au soleil.”
Mais, nous apprend encore Eric Defert, le plancton a également un intérêt dans la science appliquée qu’est le biomimétisme : “il existe une micro-algue qui est capable d’utiliser la silice présente dans l’eau de mer pour fabriquer de solides enveloppes de verre et construire ainsi des architectures d’une incroyable diversité. Cela ouvre un champ des possibles incroyable ! Il nous reste tant à étudier de ce qui se trouve sous la surface de la mer !”

Comme les forêts, l’écosystème marin est important

“Tout écosystème a son importance qu’il convient de connaître et de protéger, poursuit le biologiste Pierre Mollo. Mais plus encore : les écosystèmes marins sont liés aux écosystèmes terrestres ! Protéger la forêt, c’est participer au filtrage de l’eau, donc à la bonne santé des océans et au développement de plancton. Il s’est ainsi avéré que, dans les années 1960, à la suite de la création d’un barrage sur l’estuaire de la Vilaine, l’écosystème marin a été bouleversé, participant à réduire la diversité planctonique dont les sardines se nourrissaient, faisant perdre par ricochet leur moisson aux marins bretons. On comprend de la sorte que notre impact sur l’écosystème marin peut avoir lieu sur terre, donc là où nous nous trouvons, que ce soit par la pollution ou par la modification des espaces naturels. Le plancton a besoin des nutriments que lui apporte l’humus en dégradant les feuilles des arbres. C’est ainsi qu’il se nourrit : par la matière végétale et animale décomposée que charrient fleuves et rivières. Tout est lié.”
 

ALT DET OFFICIELLE

EcoTree garantier

AMF
Økonomisk compliance

Vi er registrerede hos de franske finansmyndigheder.

BV
Verificeret grøn effekt

Vores metode til at beregne træernes CO2 -lagring er officielt verificeret.

PEFC
100% bæredygtigt

Vores skove er forsikrede, certificerede og bæredygtige fra trætop til skovbund.